Finales NBA 2018: LeBron contre les Warriors

La finale NBA est enfin connue et elle opposera pour la 4ème fois de suite les Golden State Warriors aux Cleveland Cavaliers. Quatrième fois, donc, mais cette année c’est un peu inattendu car aucune des deux n’était première de sa conférence à l’issue de la saison régulière. Et aucune des deux n’avait l’avantage du terrain en finale de conférence.

nbafinals2018intro

Edit: Au moment où je termine ce post, le match 1 des finales a été joué. A souligner, une défaite des Cavs en prolongations malgré 51 points de LeBron James. Une petite altercation à la fin du match entre Tristan Thompson et Draymond Green.

 

Et surtout une erreur monumentale de JR Smith qui ne suivait pas le score et qui a engendré un meme.

920x920

 

2bgs24

1527858040_751_j-r-smith-y-lebron-james-victimas-de-memes-tras-el-increible-fallo-en-las-finales-de-la-nba_crop1527958432181.jpg

Fin de l’edit.

 

D’abord comment se sont passées les finales de conf. ?

A l’ouest les Houston Rockets, pour leurs deuxième finale en 4 ans, ont subi un manque d’adresse chronique à longue distance lors de chaque défaite, battant même le record NBA de la plus longue série de tirs à trois points loupés avec 27 échecs de suite.

ESPN-Houston-Rockets3pts

James Harden n’a pas rayonné autant que lors de la saison régulière dont il sera probablement le MVP …

james_harden_for_2015_nba_mvp

Et Chris Paul qu’on pensait indispensable pour faire passer un palier à l’équipe s’est blessé aux ischios et a confirmé qu’en effet il l’était.

Chris-Paul-3Injury

On a souvent vu leur coach, Mike D’Antoni, tentant de cacher sa frustration de voir ses joueurs mal appliquer les consignes ou faire des erreurs inappropriées à ce niveau. On a quand même senti qu’il leur avait bien mis la pression.
Des petites erreurs de coaching et moins d’expérience pour les joueurs, ce qui leur a sans doute coûté la victoire.

Screenshot 2018-06-01 at 04.21.48 - Edited (2)

Et pourtant ils étaient soutenus par Travis Scott et Kylie Jenner à qui la vie réussit si bien en ce moment.

 

De leur côté, les Warriors ont été plus constants. Pas toujours à leur niveau des dernières années, mais pouvant compter sur leurs trois scoreurs stars, Stephen Curry, Kevin Durant et Klay Thompson, pour marquer des points, à courte, longue et moyenne distance.
Andre Iguodala, blessé, leur a sûrement manqué en défense. Mais les suppléants, Kevon Looney et Jordan Bell, épaulés par un des tout meilleurs défenseurs de NBA, Draymond Green n’ont pas démérité.
Leur jeu, pourtant relativement identifiable, était plus varié et pertinent que celui des Rockets, un peu moins risqué et mieux éxécuté.

Victoire de Steve Kerr sur Mike D’Antoni.

USP NBA: PLAYOFFS-GOLDEN STATE WARRIORS AT HOUSTON S BKN HOU GSW USA TX

Victoire des ex-MVP Steph Curry et Kevin Durant sur le (probablement) futur, James Harden.

houston-rockets-v-golden-state-warriors---game-six-cfeb6be1e3a80f71

                                          _______________________________

                                          _________________________________

1518176043-boston-celtics-vs.-cleveland-cavaliers-tixtm.com

A l’est, on a d’abord cru que les Boston Celtics allaient l’emporter. Menant 2 victoires à zéro, invincibles à domicile durant les playoffs, il fallut attendre le match 7 où l’expérience des Cavs a fait la différence.
Mais je salue la saison incroyable et même inimaginable des Celtics. Ils perdent sur blessure dès le départ la première de leurs deux très grosses recrues, la star de Utah, Gordon Hayward, out pour la saison.

GordonHaywardinjured

Laissant la place de franchise player à Kyrie Irving, la deuxième. Lui-même n’ayant d’ailleurs pu jouer que 3/4 des matchs de saison régulière et aucun des playoffs.

KyrieGordonbench

Leur coach, Brad Steven, a été la clé de leurs bonnes performances. Il a su faire une équipe ultra compétitive avec des joueurs qu’on attendait pas à ce niveau.

r351084_1296x729_16-9

Terry Rozier (24 ans), Jayson Tatum (20), Jaylen Brown (22), qui avait entendu parler de ces joueurs l’an dernier ? Et pourtant ils ont été les leaders offensifs de l’équipe.

tumblr_p8pzebvz6P1wu8tuto2_540

On aurait voulu voir Kyrie contre son ancienne équipe mais espérons que ce sera le cas l’an prochain.

Comme durant tous les playoffs, LeBron James s’est donné à fond et a été énorme contre les Celtics. Déjà, le jeu passait systématiquement par lui. Il a les meilleures stats avec une combinaison de 34 points, 9,2 rebonds et 8,8 passes de moyenne sur 18 matchs. A domicile, il n’a laissé personne d’autre que lui shooter dans le clutch time et il a eu une réussite insolente dans ce moment où la pression est au maximum. A 34 ans, pour sa huitième finale NBA de suite (3 victoires-4 défaites), il est toujours au top et marque encore un peu plus son empreinte sur la league.

1527479854209

Il a tout-de-même pu compter sur des coéquipiers suffisamment performants pour l’accompagner dans cette qualification. Kevin Love a joué à son vrai niveau durant les 6 premiers matchs, puis il a été victime d’un choc à la tête qui lui a valu de manquer le dernier.
Dans cette série, les facteurs décisifs ont été la défense des Cavs, et leur efficacité offensive dans les moments importants.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "NBA finals 2018 wallpaper"

 

Maintenant, la finale:

nba_finals_16x9

Encore une fois mon exercice favori, les pronostics .

Les Golden State Warriors ont l’avantage du terrain. Ils joueront donc 4 matchs à domicile et 3 à Cleveland.
Ils ont un autre avantage: ils se sont plus économisé que les Cavs. Plus de garbage time (quand la victoire semble acquise et que jouent les remplaçants) et plus d’écart entre les deux équipes dans l’opposition de l’ouest.
LeBron s’est bien plus donné ces derniers temps que Kevin Durant, Steph Curry, Klay Thompson et Draymond Green.
Steve Kerr est un coach brillantissime, ce qui n’est pas la réputation de Tyronn Lue.

Cependant, le banc des Cavs est un cran au dessus de celui des Warriors. Mais l’apport du banc est plus négligeable en playoffs.
L’équipe de Cleveland est certainement plus complète que celle des Warriors.
Et n’oublions pas le phénomène LeBron James. Capable de scorer, passer, mener, défendre, rebonder… Il est l’âme de l’équipe, le meilleur joueur de basket au monde lors de cette dernière décennie et possède un leadership sans égal.

Les favoris sont pourtant, raisonnablement, les Warriors. Et si les blessures épargnent leur little big four, je les pronostique gagnants.
Mais voilà, LeBron reste LeBron, et tout est possible avec lui dans une équipe.

Bon, je me suis juste mouillé les doigts de pied, mais c’est très chaud alors je suis vite ressorti.

Bonnes finales !

 

Publicités