Interview pour le journal Chomedur.

kyan_khojandi_3518-jpeg_north_1160x_white

Depuis qu’il a démissionné de son poste d’agent administratif il y a 5 ans, Clément, 38 ans, n’a pas retrouvé d’emploi. Il faut dire que sa dernière expérience, avec un chef tyrannique, incompétent et égocentrique l’a laissé échaudé. Il ne se projetait plus dans le monde du travail et s’est résolu à démarrer une psychothérapie.
Malheureusement il n’obtint pas de résultat probant. Il n’arrivait pas à envoyer de CV ni de lettre de motivation, tellement il redoutait de travailler à nouveau.
Aujourd’hui il est retourné vivre chez ses parents retraités dans le nord de Paris et c’est sur le banc d’un square du 18ème arrondissement que nous le rencontrons.  C’est plus proche de sa réalité nous dit-il un peu gêné, il n’a pas les moyens de s’offrir un coca tous les jours.

banc-public_chaleur-d-avril_jardin-du-luxembourg_r11

“J’aime aussi sortir de mon quartier et flâner dans Paris, mais je dois économiser mes titres de transport. Du coup je marche beaucoup, ça me maintient en forme. Le problème c’est que j’use mes chaussures, surtout que ce sont des premiers prix, pas toujours très endurantes.”

Quand on lui demande de nous parler de ses hobbys, ses passions, il nous dit qu’avec son budget réduit, ses centres d’intérêts se sont déplacés, ont évolué.

“J’adore lire les menus des restaurants. Surtout les plus grands et les plus chers, je sais que je n’aurai jamais les moyens de m’en offrir et ça me fait fantasmer. Ca entretient mon imagination et mon aptitude à rêver.”

“Parfois je me poste devant la vitrine d’un restaurant qui me fait envie et je regarde les gens manger. J’ai l’impression de manger avec eux. Mais bon, je ne peux pas rester longtemps, ça fait vraiment bizarre. Pour moi et surtout pour eux. Parfois les serveurs me font signe de partir. Eux ils y mangent gratuitement, ils ne savent pas ce que ça fait, ils ne ressentent pas ce sentiment d’impuissance”

C’est à la fois naturellement et en essayant d’ignorer le côté psychopathologique de la question qu’on lui demande ses bonnes adresses.

“Le quartier de la rue Saint-Anne est truffé de vitrines contre lesquelles mangent des parisiens et des parisiennes solitaires, qui le sont du moins le temps d’un repas.

607514763

Ca me rapproche d’eux. Il m’est arrivé de me poster en vitrine, devant un client ou une cliente et d’essayer de nouer un dialogue muet, avec des gestes. Je dois avouer que ça ne marche pas souvent. Les gens sont de plus en plus individualistes.”

Quand on lui demande comment il organise son budget, parce que quand-même, des restaurants il en existe des plus abordables, il botte un peu en touche.

“Je reçois une petite aide de l’Etat, et j’ai réussi à économiser pour m’acheter un smartphone. J’ai un tout petit forfait mais ça me convient. Je n’ai pas vraiment de vie sociale alors je ne le consomme pas beaucoup. C’est juste pour ma famille, les quelques amis qui ne m’ont pas encore lâché, et surtout si un jour un employeur potentiel devait me contacter. Ca n’est pas arrivé depuis longtemps, mais on ne sait jamais…”

Clément est vêtu d’un jean fin, un peu informe, comme on en trouve à 20 euros chez H&M. Lui dit qu’il l’a chiné au même prix, dans un magasin de l’avenue de Clichy, une vraie caverne d’Ali Baba ou tous les chômeurs dignes de ce nom peuvent trouver leur bonheur. Il porte aussi un sweat-shirt gris clair, banal, acheté 10 euros chez Carrefour. “Une trouvaille ! C’est un 100% coton de qualité et il est bien coupé, on en dégote qu’en hypermarché à ce prix là.”

“Je m’amuse souvent à essayer des tenues dans les magasins et à me photographier dans les cabines d’essayage. Ensuite je poste mes plus beaux looks sur Instagram, comme un blogueur mode. Ce n’est pas facile d’oser ça, mais il m’est déjà arrivé d’entrer dans une boutique de luxe de l’avenue Montaigne et d’essayer des vêtements de défilés de prêt-à-porter. Il faut avoir l’aplomb de se mettre dans la peau d’un vrai client potentiel et de trouver une raison de repartir sans rien. Je n’aime pas trop le faire, me faire passer pour un autre, mentir, baratiner, ce n’est pas trop mon truc. Mais souvent les tenues des grandes marques sont mieux coupées et plus appréciées. Elles me rapportent plus de likes sur Instagram. Il faut aussi savoir user des bons hashtags.“

Sa vision de Paris: U6One immense vitrine où on ne peut pas faire grand-chose sans argent. Lui, la regarde tristement depuis l’autre côté.

“Souvent je m’assois sur un banc public. On ressent la ville vibrer quand on est arrêté. Je regarde les filles passer, c’est ma terrasse de café à moi.

web_00760

Je ne suis pas un dragueur. Et être pauvre ça ne donne pas envie de draguer de toutes façons. Si on sait déjà qu’on ne pourra rien offrir d’autre que de vivre d’amour et d’eau fraîche, ça ne motive pas. Encore, à 18 ans c’était envisageable mais à 38, les filles sont des femmes et  attendent plus. C’est comme sur les applis de rencontres gratuites. Sur Happn les trois quarts sont chefs, auto-entrepreneuses, directrices. Ca refroidit direct. On sent que si on ne ment pas sur le CV on a aucune chance.”

Quand on évoque son travail, ses difficultés à retrouver un emploi, Mathieu se referme un peu et baisse les yeux.

“Je sais que c’est important mais je n’y arrive pas. Parfois je perds espoir et je me dis que je vivrais tout le reste de ma vie comme ça. Plus le temps passe et moins j’ai de chance de retrouver un emploi car mon CV comportera un trou de plus en plus grand. Et après tout, le chômage de masse est un phénomène relativement récent et qui sait, certains sont peut-être condamnés à rester chômeurs toute leur vie. »

On comprend que dans sa tête, un avenir se dessine, fait de phobie, de vie par procuration, de sentiment d’impuissance, d’errance. Et quand on pense que la conversation s’oriente de plus en plus vers un chemin qu’on ne veut pas prendre, qu’on ne veut pas imaginer possible, un joyau apparaît là où on ne grattait que de la pierre.

“Parfois je reprends espoir et je me dis que justement un recruteur va penser qu’il est temps de me remettre le pied à l’étrier. Je sais que j’ai un potentiel, j’étais très bon à l’école et j’ai gardé quelques qualités mentales. Peut-être qu’un jour je vaincrai mes peurs, j’aurai un entretien d’embauche et un DRH les verra.

Et puis peut-être qu’un jour je me bougerai, j’arrêterai d’attendre que cela vienne des autres et je créerais ma propre entreprise, ma propre façon de gagner ma vie. J’aime écrire et je rêve de posséder un magasin de baskets… On peut toujours rêver…”

Mais cette lueur d’espoir s’éteint vite soufflée par une vision assez critique du monde.

“Parfois ce monde me fait peur. La capacité qu’ont les êtres humains à salir et détruire la planète sur laquelle ils vivent. La couche d’ozone, la pollution des voitures, des usines, le nucléaire, les excès religieux… Je pense souvent à ça. J’aimerais faire quelque chose pour lutter contre tous ces maux  mais pour l’instant je lutte déjà beaucoup contre moi-même, pour assurer mon quotidien. Faire partie d’une association, avoir un rôle politique quelque part, influencer par son esprit, sa voix, sa plume pour une société plus équilibrée. Si soi-même on ne fait rien on ne peut pas accuser les autres de négligence. C’est aussi pour ça que je vous ai donné rendez-vous dans un jardin public. Parce que c’est la nature dans la ville morne, marron et grise. Ce sont les rires et les cris des enfants. Ce sont des lieux indispensables et on en a pas assez à Paris.”

 

Voilà. Terminer par là où on a commencé mais avec un angle de vue différent, de la sagesse. On se dit que la boucle est bouclée et que même si le ciel de sa vie est nuageux, le soleil brille toujours, c’est juste que pour l’instant il ne le voit pas.

Alors pour voir s’il sait aussi parler futilités on lui a posé des questions légères avec pour seule  consigne, que ses réponses le soient aussi.

 

Votre coiffeur préféré ?
Je me fais la boule à zéro moi-même avec une tondeuse. C’est beaucoup moins cher et on m’a dit que ça m’allait pas si mal.

L’émission de télé pendant laquelle vous êtes injoignable ?
Vraiment injoignable il n’y en a pas, mais j’avoue que lorsque je suis devant “Touche pas à mon poste” ou un match de NBA il est préférable de ne pas attendre une réponse urgente de ma part.

L’émission de radio ou le podcast dont vous guettez la diffusion ?
J’étais très émission de radio en direct mais je suis devenu presque totalement podcast. J’aime écouter “La tête au carré”, “Le Tony Parker show” et “Studio 404”.

La série dont vous ne pouvez pas vous empêcher de regarder 10 épisodes de suite ?
Je ne regarde pas beaucoup de séries. Je suis assez friand de sitcoms. Là je me débrouille pour télécharger “The Big Bang Theory”. Je ne préfère pas vous dire si c’est légalement ou illégalement ;)
Cet hiver je compte m’abonner à Netflix et récupérer mes dix ans de retard sur la dizaine de séries qui ont fait le plus de bruit. Je vais essayer de tout voir pendant le premier mois gratuit.

Un petit café sympa dans le coin ?
Je ne fréquente pas les cafés. Par contre un petit resto sympa: “Le Sapin” dans le dix-neuvième, boulevard de la Villette. Un bon service et du bon miam.

La meilleure pizza de Paris ?
Ha ha ! Je ne prétendrais pas connaître la meilleure pizzeria de Paris. D’ailleurs tout le monde a SA meilleure pizza. La mienne: La calzone parigino  chez In bocca al luppo rue Francoeur.

L’objet dont vous ne voudriez vous détacher sous aucun prétexte ?
Je dirais mon ordinateur portable. C’est un modèle hyper rare. Une collab Chromebook – Apple – Toshiba, qui grâce à un disque dur SSD me permet de surfer sur le web à la vitesse d’une tablette, avec l’ergonomie d’un ordinateur à clavier, dont je me sers beaucoup pour écrire. Je l’ai payé seulement 200 euros en solde.

dsc_0002-01-edited

 

On remercie Clément pour sa courageuse sincérité,et touchés, on espère simplement le meilleur pour lui.

 

Laisser un commentaire à Matyeu qui de ce fait vous idolâtrera

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s