Mon analyse de Secret Story 9

Oui, ok, je l’avoue, cette année j’ai regardé Secret Story 9.
D’abord par curiosité, pour observer le changement de chaîne (de TF1 à NT1, sauf pour les prime, qui ne sont plus vraiment en prime time) et d’animateur (de Benjamin Castaldi à Christophe Beaugrand). Puis pris au jeu, intéressé par un ou deux candidats, le format des émissions, l’ambiance générale ainsi que par les nouvelle mécaniques de jeu, je suis resté.

En ce soir de finale et alors que les audiences ont globalement fléchi, se révélant faibles pour TF1 mais bonnes pour NT1, j’ai envie d’écrire mon point de vue sur l’émission. Je vais faire quelques comparatifs avec les saisons précédentes, mais je préfère prévenir les éventuels puristes qui tomberont peut-être sur ce post; je n’ai pas (loin de là) une mémoire infaillible et je n’ai pas suivi toutes les saisons de manière aussi assidues les unes que les autres. Ceci étant dit, je vais tout-de-même faire mon maximum pour ne pas me tromper.

La présentation:

D’après moi, le changement d’animateur est un point positif pour l’émission. Christophe Beaugrand s’en sort très bien. Il est plus à l’aise que Benji dans le ton, jeune et « feel good » et parvient à donner à sa présentation un côté plus naturel. Un point sur lequel Benjamin Castaldi était meilleur c’est dans la carrure et l’autorité qu’il dégageait, surtout lors des prime, auxquels il savait donner un côté solennel, qui lui conférait une stature de véritable évènement télévisuel. Mais Beaugrand est meilleur lors des émissions quotidiennes, aussi bien seul lors de la première partie qu’accompagné lors du « debrief », la seconde partie.
Parlons justement des animateurs du debrief. On ne sent pas chez eux une énorme complicité, bien qu’ils fassent beaucoup d’efforts  pour en donner l’impression. Leur talent et leur professionnalisme ne sont pourtant pas mis en cause, ils réussissent bien leur boulot basique d’animateurs, c’est juste l’alchimie insuffisante qui ne permet pas encore de bien masquer les ficelles du métier et qui selon moi ne s’acquiert pas en quelques semaines ou rarement. Mon co-animateur préféré dans l’exercice est Adrien Lemaître, dans l’émission depuis de nombreuses saisons.

La Prod:

Au fil des saisons, le fonctionnement de Secret Story a beaucoup évolué.

Un des changements marquant est dans la manière dont la prod s’est approprié les nominations. Au début, clans, mensonges, retournages de cerveaux, affinités entre candidats, présence d’un personnage « méchant » et ambitieux jouant souvent double jeu étaient les ingrédients qui composaient les nominations. Le mélange se faisait assez naturellement, comme une maman chèvre mettant au monde son petit agneau dans la nature. Maintenant l’influence de la prod, dont « la voix » est la voix, est omniprésente. Distribution de places en finale, de protection contre les nominations, d’annulation de protection, de don de place dans le sas… Ce sont souvent les candidats qui finissent par délivrer les sésames ou les condamnations, mais après un jeu de chaises musicales orchestré en bas-fond par la prod, à base de dilemmes, de missions ou d’indices sur les secrets.

Ainsi a commencé à se répandre dans la maison la dichotomie entre « Jeu » et « Sentiments ».
Au début, les candidats étaient montrés de manière plutôt manichéenne avec beaucoup de gentils et un méchant, ou parfois deux. L’image des gentils était sauvegardée, tandis que les méchants pouvaient être mal vus et conspués à l’extérieur.
C’est lors de cette neuvième saison que la prod a décidé de ne plus montrer de méchants et de les transformer en joueurs pour tenter d’atténuer au maximum le côté sulfureux de Secret Story implanté jusqu’ici dans l’ADN de toute émission de télé-réalité. Ainsi, les candidats ont le choix entre privilégier les sentiments, les amitiés, les relations amoureuses, ne pas faire de coups-bas, être altruiste… Ou alors de penser d’abord à eux, se faire des croche-pattes, envoyer dans le sas, faire des missions immorales, et du coup être présentés comme des « joueurs » exceptionnels. Le but étant de lisser et enjoliver leur image à l’extérieur.

Alors personnellement, j’ai parfois préféré des gentils, des candidats avec une personnalité plutôt solaires, mais aussi des méchants qui ajoutaient du piment à l’émission. Mais en évitant à certains d’être mal vus à l’extérieur par un public pouvant prendre les choses trop à coeur, Secret Story a essayé de tenir compte du fait qu’il est difficile de passer de l’anonymat au statut de personne détestée dans la vraie vie.

On verra si cette mission de la prod sera réussie.

Le replay de Secret Story.

Edit: C’est Loïc qui va gagner.

Laisser un commentaire à Matyeu qui de ce fait vous idolâtrera

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s