Ouvrir son coeur au vent

https://i1.wp.com/pmcdn.priceminister.com/photo/Collectif-Ok-Age-Tendre-N-651-Flavie-Flamand-Lecanu-Miss-Ok-88-Florent-Pagny-Nick-Kamen-Jean-Luc-Delarue-Felix-Gray-A-Cause-Des-Garcons-Gerard-Blanc-Sandy-Porte-Mentaux-Catherine-Lara-Revue-720092277_ML.jpg

 

Plus j’y réfléchis et plus je pense que c’est vrai: On se construit avec l’autre.

Sans entrer dans des considérations  universalistes, le bébé qui se construit avec ses parents, sa famille , son entourage, les médecins qui s’occupent de lui… L’être humain, le petit crocodile qui sort de son oeuf et affronte la nature, son environnement… Je parle, comme souvent sur ce blog, de moi.

On le sait aujourd’hui, les rapports humains créent des circuits dans nos cerveaux. On active toujours plus ou moins certains secteurs, d’une manière personnelle, en fonction de sa vie et de son ADN, et ce, dès sa naissance.
Un exemple simple et flagrant: Un enfant qui a perdu un parent sentira un manque. Venant de lui et de la société, des autres enfants de l’école qui ont un papa et une maman. Il devra grandir et se construire avec ça, le combler ou pas comme il le peut.

Mon histoire sentimentale, j’en ai un peu parlé ici, souvent à mots couverts ou sans en dévoiler la complexité souffre d’un manque aussi. jusqu’à disons… 10-11 ans, je ne m’en étais pas préoccupé. J’étais joyeux, bon en classe, je faisais parfois des bisous sur la joue des filles qui me plaisaient dans la cour de récré. Elles disaient que c’était bien ou alors pas. Parfois, plus rarement, elles m’en faisaient aussi. Je trouvais ça bien, ou alors pas. C’était comme ça, et puis c’est tout, et je trouvais ça normal.

Avec le recul je me rends compte que j’ai un manque: celui de la relation « à deux ». Ce truc que j’ai vu dans « Ca se discute » de feu JLD où Noémie et Nicolas ont 5 ans et Noémie c’est l’amoureuse de Nicolas et Nicolas c’est l’amoureux de Noémie et ils se font des bisous quand ils se voient et les parents ça les attendrit et ils trouvent ça mignon, même si on ne sait pas combien de temps ça durera.

Première alerte en CM2 quand R. m’a traité de connard. Sans raison. Je n’ai pas compris. Je l’ai traitée de connarde.
En CP La maîtresse a mis R. à côté de moi en classe, je sentais son odeur, je l’aimais, je n’osais pas la regarder, je ne la regardait jamais, je lui parlais très peu, je n’osais pas non plus.

Deuxième épisode en CE2. A. voulait me faire des bisous dans la cour de récré, moi je ne voulais pas. Plus tard elle s’est mise en couple avec un autre Mathieu, plus séducteur, plus grande gueule, plus bagarreur, plus roublard… on était super potes à l’époque. Moi premier de la classe, lui dernier. Encore une fois, mis à côté par la maîtresse.

The point: Je pense que je n’ai pas créé les bonnes connexions neuronales des relations de couple. Dans mon cerveau se sont imprimés du déni , l’attente de l’autre, le fait de garder mes sentiments secrets et de ne pas les avouer quand j’en ai eu l’occasion ou de ne pas croire qu’une fille dont je suis amoureux puisse être amoureuse de moi. Certaines personnes appelleront peut-être ça les bollocks ou la lâcheté. Je veux bien les croire, mais quand j’étais petit je n’étais pas lâche. Toujours un peu timide et sage mais je ne craignais personne.

Aujourd’hui, oui, peut-être. Sauf qu’en fait je ne connais pas la récompense de ne pas être lâche avec les filles. Et je suis enfermé dans ce fonctionnement.

A l’adolescence, je ne comprenais pas pourquoi je lisais dans « Ok podium » que c’était au garçon de faire le premier pas. Tout ce que je constatais, c’était que je souriais à cette fille, qu’elle aussi, mais qu’au bout d’un moment, elle plus. Et je ne savais pas pourquoi.

Je me suis souvent fait insulter par des filles sans leur avoir vraiment rien fait de mal. Ou je ne m’en rendais pas compte.

C’est ce que j’appelle « mes mauvaises connexions ».

Bref, je n’ai plus les idées assez claires pour continuer. Si ce n’est que contrairement à Didier Deschamps qui a voulu faire table rase du passé, je pense que l’on peut construire des succès futurs sur des échecs passés.

« France 98 Forever » :)

 

 

2 réflexions sur “Ouvrir son coeur au vent

Laisser un commentaire à Matyeu qui de ce fait vous idolâtrera

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s