L’instinct d’amour.

Je veux qu’on m’aime comme je suis.

C’est une phrase qui revient souvent sur les sites de rencontres ou autres concours de beauté. Le plus souvent, chez les filles. Encore plus souvent, chez les moches.
Moi je comprends :
J’ai eu des sales notes en cours , on me répète que je suis bête mais je ne ferais rien pour changer , je ne bosserais pas avec le docteur Nagashiwa, je ne lirai pas autre chose que Arlequin et Mary Higgins Clark. C’est comme ça , aime-moi comme ça.
Je suis moche , je suis grosse j’ai une coiffure de merde, je ne m’aime pas, je m’accepte tout juste, mais je ne ferai pas de gym , je n’aurai pas envie de suivre un régime de toutes façon rien ne marche sur moi, le sport c’est pour les gens beaux pas pour moi, je ne ferai pas d’effort… C’est comme ça, aime-moi comme ça.
Et en gros c’est comme ça pour tout, aime-moi comme ça, que je sois belle ou pas , intelligente ou pas , maquillée ou pas , bien sapée ou pas , que je tente de me mettre en valeur ou pas.

En fait , cette phrase est un constat d’échec personnel. Car aucun défaut n’est irrémédiable jusqu’un certain âge, et encore, mentalement on peut s’en tirer même à des âges avancés.

Mais cette phrase est aussi magique. Car une femme reconnaîtra un homme qui l’aime vraiment beaucoup au fait qu’il l’aimera avec ses qualités mais aussi avec ses défauts.

Voilà pourquoi cette phrase résonne en elles.

3 réflexions sur “L’instinct d’amour.

  1. Je suis d’accord avec Angele, c’est cliché…
    Comme j’ai pas trop le temps, je vais résumer ma pensée ainsi:

    (1) « Je veux qu’on m’aime comme je suis »
    (2) « Je veux qu’on aime pour ce que je suis »
    (3) « Je veux qu’on sache qui je suis »

    (1) ne signifie pas qu’on soit moche et con. L’absence d’acception de la différence n’est pas le monopole des thons.
    (2) Différent de (1) car il sous-entend qu’en plus de ne pas être aimé pour ce que l’on est, on est aimé pour les mauvaises raisons, ce qui nous amène à (3) qui est l’axiome d’origine de (1) et (2): Qui sait qui l’on est ? Et à partir de là est-on aimé pour ce qu’on est vraiment ? Et si l’on est pas aimé pour ce que l’on est (1) est-ce que ce n’est pas parce que les autres ne comprennent pas qui nous sommes (3)

    Pour résumer donc, je veux qu’on m’aime comme je suis est, certes, une demande d’acceptation de nos défauts (traduction: différences) mais aussi un appel à ce que l’on sache qui l’on est vraiment pour pouvoir nous aimer (ou pas).

    Ce qui, avouons-le, n’est pas compatible avec la nombrilité ambiante.

    J'aime

Laisser un commentaire à Matyeu qui de ce fait vous idolâtrera

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s