Tschaimpaigne

J’ai découvert Lâm plusieurs fois.
La première fois dans un magazine de jeux vidéos , Joystick ou PC jeux , je ne sais plus. Il parlait d’un sujet qui m’intéressait , les joueurs pro et les compétitions de jeux vidéos. A l’époque je ne connaissais pas grand-chose à ce domaine. GG c’était pour moi Gérard de Suresnes , les aAa de parfaits inconnus. Je lisais du MonsieurLâm sans le savoir car j’étais persuadé par un bug cervical qu’il signait ses articles Monsieurlan. A l’époque je n’aimais pas le monde , je passais beaucoup de temps dehors et lire un mec passionné par ces compétitions qui se déroulaient des heures durant en vase clos me faisait penser qu’il était sous ecsta. Il avait un style d’écriture qui se détachait un peu du reste du journal, aussi blagueur mais un peu plus libre.

La deuxième fois , une photo sur le site internet de La Matinale , émission que je regardais à l’époque tous les matins. Il avait l’air d’une jeune racaille mal rasée débarquant avec son hoodie pour me parler de tendances même pas tendance. Mauvaise impression , je l’ai oublié en 2 minutes.

Pour le retrouver dans l’émission quelques jours plus tard. Il était Lâm Hua , beau-gosse , grosse voix , parlant avec aisance et beaucoup de style. Sa chronique ne durait pas très longtemps , il avait posé les bases du blog , l’avait défini comme un journal intime public , avait parlé de Loïc Le Meur , et puis je ne sais plus. On avait donné le nom de son blog à l’antenne.

MonsieurLam.com. J’y ai découvert une personnalité ultra-attachante. Un blog marrant , bien écrit , des participants bon esprit. Un univers autour duquel j’ai eu envie de graviter et que j’aurais aimé être mien, mais j’en étais très éloigné.

Chose rare , il faisait appel à ses lecteurs pour commenter ses apparitions télé et même l’aider à les préparer. C’est avec grand plaisir et beaucoup de retenue, histoire de ne pas écrire n’importe-quoi, que je prenais toujours un peu de temps pour m’adonner à ces activités. J’adorais les quelques phrases de présentation de son blog et je veillais à toujours leur rendre honneur.

Sa chronique dans La Matinale a duré quelques mois seulement. Il faisait des reports de ses journées marathon , le matin à la télé , le reste de la journée en vadrouille , que (presque) tous ses lecteurs lisaient avec plaisir. Il a même tenu , lors de sa dernière chronique à remercier ses lecteurs de l’avoir accompagné , par un petit concours qui consistait à définir l’émission en quatre mots. Et incroyablement , il a cité mon nom dans mon émission de télé préférée. Je fus le seul qui eut cet honneur et ça m’a vraiment fait plaisir.

Entre-temps , j’ai ouvert mon premier blog dans lequel j’écrivais que je rêvais qu’il y fasse un commentaire, tout en pensant qu’il ne le ferait jamais ; mais il le fit en y laissant un message encourageant.

Pendant l’été se déroulait l’ESWC , une compétition mondiale de jeux vidéos. Il invitait ses lecteurs à s’y rendre et peut-être même le rencontrer là-bas. Mu par une force toute blonde , je décidais de m’y rendre , malgré ma timidité et mon désamour des espaces clos. C’est là , après des heures d’attente et de compétition que je le rencontrais pour la première fois. Fatigué mais toujours gentil, disponible et naturel. Il m’a même proposé de passer le reste de la soirée avec lui et ses potes. Ce que je refusais poliment , j’étais moi aussi fatigué , mais nerveusement et pas à l’aise avec des gens que je ne connaissais pas. Je ne le savais pas , mais j’étais atteint de phobie sociale. (Ca va mieux aujourd’hui).

L’ESWC était une réussite et je comprenais de plus en plus l’état d’esprit de ses articles. C’était un peu le bordel mais c’était aussi ça qui était fun. Sur son blog , comme je le lui avais conseillé , il lança une invitation officielle à venir déjeuner avec lui à l’ESWC. J’y arrivais en retard et constatais avec surprise que l’on était seulement trois à avoir répondu à l’invitation. Il a beaucoup parlé , ce qui m’arrangeait bien car je n’étais pas bavard du tout. Et un peu impressionné aussi. Eh oui , Lâm aimait bien parler de lui et ça le rendait un peu agaçant aussi. Et aujourd’hui je crois qu’il aime toujours ça , quand il sent la conversation dans un petit creux. Mais il sait aussi écouter les autres.

Plusieurs mois plus tard je gagnais un concours sur son blog et étais invité chez lui. En retard , téléphone portable en panne , il m’avait envoyé un message pour décaler le rendez-vous , message que je n’avais pas lu. Je me souviens être très content d’y aller mais largement aussi stressé. Je lui avais préparé une special weapon , des cigares au miel, sur la recette de ma grand-mère pied-noir. On avait discuté à bâtons rompus et il m’avait pris en photo couché par terre et mis la photo sur son blog.

Depuis je l’ai rencontré plusieurs fois et je peux dire que c’est un pote , au moins ça. Je crois qu’il a eu cette faculté de comprendre à peu près ma personnalité et de ne pas trop tenir compte de ce que j’ai fait de « bizarre » ou d’ « anormal ».

Il est aussi empathique que sympathique et bien qu’il ait un blog dans lequel il se livre pas mal je n’ai toujours pas fait le tour de son personnage à multiples facettes.

Son humour et sa personnalité assez éloignée ou complémentaire (je ne sais pas) mon souvent accompagnées et fait du bien dans des moments difficiles.

Pour toutes ces raisons je l’aime beaucoup et j’ai tendance à lui passer un peu tout ce qui pourrait me déplaire chez lui.

Bon anniversaire Lâm. 31 tours autour du soleil.

6 réflexions sur “Tschaimpaigne

Laisser un commentaire à Matyeu qui de ce fait vous idolâtrera

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s