Les premières bonnes résolutions de ma vie.

Cette année, pour la première fois de ma vie, je vais prendre de bonnes résolutions. Et les afficher. Sur mon blog.
Et l’année prochaine je ferais le point.

Alors je vais remettre à un peu plus tard oeuvrer activement pour la paix dans le monde ou guérir la myopathie. Ce n’est pas un manque d’envie, mais déjà si j’arrivais à réaliser des objectifs plus accessibles ce serait un bon début.

Premier pool de résolutions, les moins importantes, mais pas les plus faciles, elles concernent les jeux vidéo. Apprendre et maîtriser les dribbles dans FIFA, étoffer mon jeu à NBA2K, m’entraîner enfin régulièrement à Street-Fighter sans me décourager parce que je ne rentre pas de combo ou que je me fais éclater sur le live.

Continuer d’alimenter souvent et régulièrement mon blog sur les sneakers, même si pour l’instant je n’ai quasiment pas de vue, et que ça n’intéresse donc pas grand monde. Peut-être faudra-t-il modifier une ou deux choses, dont la bannière. Je ne sais pas si j’ai le droit d’utiliser toutes ces images de baskets, il est possible que cela freine mon référencement sur google. (A vrai dire je n’en sais rien. Si quelqu’un sait merci de me le dire).

Je me suis équipé pour courir. Aussi bien dans le froid que sous la chaleur. Je n’ai plus qu’à m’y mettre, et à persévérer. J’ai repris 10 kilos sur les 15 que j’avais perdus l’année dernière. Je voudrais en reperdre une partie. Pas tout, ne soyons pas trop ambitieux. Ne pas en prendre plus est déjà assez difficile.

Matyeu Charo EditedMatyeu charo

Je voudrais aussi me coller à la vidéo. J’ai plusieurs idées et chaque année je me dis qu’il faudrait que je les réalise, sans jamais être passé à l’action. Cette année doit être la bonne.

Apprendre une nouvelle langue, plus précisément l’hébreu, la langue natale de mon père. Je voudrais pouvoir parler un peu cette langue la prochaine fois que j’irai en Israël.

J’ai également le permis de conduire dans la ligne de mire. J’ai eu le code mais c’était il y a 19 ans et j’ai abandonné les cours de conduite en plein milieu, sans jamais reprendre. Cette année j’ai changé mes lunettes de vue, je vois mieux, j’ai plus confiance en moi, c’est le bon moment.

Enfin, je dois terminer ma formation de Community Manager à distance. Enfin… faire tout ce que je peux car il me reste plus de 40 devoirs à rendre en 6 mois, alors que je n’en ai rendu que 3 en 2 ans et demi. Peut-être essayer de décrocher un stage. Ou changer d’orientation. Fréquenter plus assidûment les sites d’offres de stages ou d’emplois. Demander à faire un bilan et à m’aider dans ma recherche d’emploi. Je sais juste que 2016 sera pour moi une année charnière sur le plan professionnel.

Et puis respecter un emploi du temps. Si je veux tout réaliser , il va falloir que je m’organise un minimum, parce que sans ça, toutes ces résolutions risquent de se diluer dans l’espace infini de mon oisiveté et de mon papillonage coupables.

Comme vous l’avez courageusement (peut-être) lu, je ne suis pas sensé m’ennuyer cette année. J’ai placé la barre assez haut.

Je ferai le bilan début 2017. En attendant j’y crois et je vous souhaite chers lecteurs et chères lectrices, une très bonne année 2016.

 

Mon analyse de Secret Story 9

Oui, ok, je l’avoue, cette année j’ai regardé Secret Story 9.
D’abord par curiosité, pour observer le changement de chaîne (de TF1 à NT1, sauf pour les prime, qui ne sont plus vraiment en prime time) et d’animateur (de Benjamin Castaldi à Christophe Beaugrand). Puis pris au jeu, intéressé par un ou deux candidats, le format des émissions, l’ambiance générale ainsi que par les nouvelle mécaniques de jeu, je suis resté.

En ce soir de finale et alors que les audiences ont globalement fléchi, se révélant faibles pour TF1 mais bonnes pour NT1, j’ai envie d’écrire mon point de vue sur l’émission. Je vais faire quelques comparatifs avec les saisons précédentes, mais je préfère prévenir les éventuels puristes qui tomberont peut-être sur ce post; je n’ai pas (loin de là) une mémoire infaillible et je n’ai pas suivi toutes les saisons de manière aussi assidues les unes que les autres. Ceci étant dit, je vais tout-de-même faire mon maximum pour ne pas me tromper.

La présentation:

D’après moi, le changement d’animateur est un point positif pour l’émission. Christophe Beaugrand s’en sort très bien. Il est plus à l’aise que Benji dans le ton, jeune et « feel good » et parvient à donner à sa présentation un côté plus naturel. Un point sur lequel Benjamin Castaldi était meilleur c’est dans la carrure et l’autorité qu’il dégageait, surtout lors des prime, auxquels il savait donner un côté solennel, qui lui conférait une stature de véritable évènement télévisuel. Mais Beaugrand est meilleur lors des émissions quotidiennes, aussi bien seul lors de la première partie qu’accompagné lors du « debrief », la seconde partie.
Parlons justement des animateurs du debrief. On ne sent pas chez eux une énorme complicité, bien qu’ils fassent beaucoup d’efforts  pour en donner l’impression. Leur talent et leur professionnalisme ne sont pourtant pas mis en cause, ils réussissent bien leur boulot basique d’animateurs, c’est juste l’alchimie insuffisante qui ne permet pas encore de bien masquer les ficelles du métier et qui selon moi ne s’acquiert pas en quelques semaines ou rarement. Mon co-animateur préféré dans l’exercice est Adrien Lemaître, dans l’émission depuis de nombreuses saisons.

La Prod:

Au fil des saisons, le fonctionnement de Secret Story a beaucoup évolué.

Un des changements marquant est dans la manière dont la prod s’est approprié les nominations. Au début, clans, mensonges, retournages de cerveaux, affinités entre candidats, présence d’un personnage « méchant » et ambitieux jouant souvent double jeu étaient les ingrédients qui composaient les nominations. Le mélange se faisait assez naturellement, comme une maman chèvre mettant au monde son petit agneau dans la nature. Maintenant l’influence de la prod, dont « la voix » est la voix, est omniprésente. Distribution de places en finale, de protection contre les nominations, d’annulation de protection, de don de place dans le sas… Ce sont souvent les candidats qui finissent par délivrer les sésames ou les condamnations, mais après un jeu de chaises musicales orchestré en bas-fond par la prod, à base de dilemmes, de missions ou d’indices sur les secrets.

Ainsi a commencé à se répandre dans la maison la dichotomie entre « Jeu » et « Sentiments ».
Au début, les candidats étaient montrés de manière plutôt manichéenne avec beaucoup de gentils et un méchant, ou parfois deux. L’image des gentils était sauvegardée, tandis que les méchants pouvaient être mal vus et conspués à l’extérieur.
C’est lors de cette neuvième saison que la prod a décidé de ne plus montrer de méchants et de les transformer en joueurs pour tenter d’atténuer au maximum le côté sulfureux de Secret Story implanté jusqu’ici dans l’ADN de toute émission de télé-réalité. Ainsi, les candidats ont le choix entre privilégier les sentiments, les amitiés, les relations amoureuses, ne pas faire de coups-bas, être altruiste… Ou alors de penser d’abord à eux, se faire des croche-pattes, envoyer dans le sas, faire des missions immorales, et du coup être présentés comme des « joueurs » exceptionnels. Le but étant de lisser et enjoliver leur image à l’extérieur.

Alors personnellement, j’ai parfois préféré des gentils, des candidats avec une personnalité plutôt solaires, mais aussi des méchants qui ajoutaient du piment à l’émission. Mais en évitant à certains d’être mal vus à l’extérieur par un public pouvant prendre les choses trop à coeur, Secret Story a essayé de tenir compte du fait qu’il est difficile de passer de l’anonymat au statut de personne détestée dans la vraie vie.

On verra si cette mission de la prod sera réussie.

Le replay de Secret Story.

Edit: C’est Loïc qui va gagner.

Une paire de baskets à tous les pieds du monde.

Salut les visiteurs, salut les vues.

Dans le cadre de ma formation de Community Manager à distance je vais devoir accomplir des stages. Pour les obtenir je vais sans doute avoir à montrer ce que je sais faire, mon style d’écriture, ma connaissance des réseaux sociaux.
J’aurais pu montrer ce blog, mais je trouve que j’y mets trop de choses personnelles, même si je n’y raconte pas toute ma vie. Et puis je ne fais pas suffisamment attention à ce que j’y poste. Clairement, je ne fais pas grand chose pour me forger une bonne e-reputation, ni pour augmenter mon audience.
J’ai donc cherché un sujet, un domaine qui pourrait m’intéresser assez, me porter, me pousser à créer quelque chose de propre, de pro sur internet.
Or quand j’étais ado, comme beaucoup d’ados de ma génération, j’étais un gros fan de chaussures de sport. J’en découpais les photos dans les catalogues de vente par correspondance et je les collectionnais. Je m’amusais à faire des classements. J’allais les admirer chez Go Sport, Décathlon, Intersport; d’autant plus que je ne pouvais pas obtenir les plus haut-de-gamme qui étaient souvent celles que je préférais.
Et vous savez quoi ? Plus de 20 ans après j’aime toujours ça et grâce aux rééditions j’ai pu m’acheter quelques modèles que j’admirais ado.
J’ai donc décidé de lancer un blog sur le sujet, en espérant que je saurais me motiver pour le rendre actif et pour l’administrer sur les réseaux sociaux de manière un minimum pro.

Alors j’ai fait un truc dans mon coin OKLM, mais justement, je manque d’avis extérieurs et je suis avide de remarques, positives comme négatives.

Je mets les liens ici alors n’hésitez pas à commenter mes choix de bannière, de contenu, d’écriture, ça me ferait vraiment plaisir, ça m’aiderait et m’intéresserait.

Le blog: https://lesbasketsvontavectout.wordpress.com/

La page facebook: https://www.facebook.com/Les-baskets-vont-avec-tout-1433470173620745/timeline/

Le compte Twitter: https://twitter.com/LesBaskets

Vous pouvez laisser votre avis dans les commentaires de ce post, ou à mon adresse email: matyeu.f@gmail.com

Merci de votre attention, Mathieu.

 

Un plaisir de gamin

Départ de Paris Gare de Lyon Jeudi 10 Septembre, 10h du matin, direction l’Arena de Montpellier pour assister à l’Eurobasket 2015. J’ai prévu d’assister à 3 matchs, dont la rencontre du soir entre la France et Israël.

Une petite pensée pour l’attaque du Thalys quelques jours plus tôt. Normal d’y penser vu le fort taux probable de français et de juifs dans le train. Sensation bizarre quand on voit débarquer dans le wagon vers la fin du voyage un jeune homme qui déclame des textes en arabe, se postant quelques secondes au bout du wagon et ressortant comme il était venu sans arme ni attitude belliqueuse. Mais bizarre quand même.
Je ne fus pas déçu non plus le soir par une petite manif pacifique anti Israël de gens un peu hors-sujet, brandissant des drapeaux palestiniens, au niveau du parking du stade.
Le sport étant censé porter des valeurs universelles, permettant des rencontres, sur fond de compétition certes, mais entre tous, quelque soit sa religion, ses croyances, sa sexualité, son sexe… C’est en tous cas un idéal, qui même s’il n’est pas parfaitement respecté, même s’il est même difficile à faire respecter, me plaît dans le sport.
Dernière déception, on a pas le droit aux gros appareils photo type réflexes, seuls les compacts et les portables sont autorisés. J’aurais tellement voulu prendre de belles photos de cet évènement, j’avais misé sur le reflex de mon père et mon hybride, je n’avais pas pris mon compact pour ne pas me surcharger et je dois utiliser mon portable qui n’est pas nul, mais pas à la hauteur. Obligé de retourner les déposer à l’hôtel (ou  à la consigne pour ceux dont l’hébergement était trop éloigné).

J’essaye quand même d’oublier ça et de kiffer, assis au PREMIER RANG, très bien placé par rapport au terrain.

Pendant l’échauffement des bleus, Tony Parker que je suis et aime depuis tellement longtemps, quand il jouait au Racing, s’entraîne à 5 mètres de moi. C’est bête mais j’étais super content de le voir d’aussi près.

TP s'échauffe

En vrai et à ce niveau, le basket est très physique. Les joueurs ne s’arrêtent quasiment jamais de courir, ils se donnent des coups, s’arrachent pour marquer leurs paniers qui la plupart du temps sont contestés par les mains des joueurs adverses qui effleurent le ballon. 90 % des paniers sont difficiles à marquer.

Les contres et les dunks sont bien plus spectaculaires en vrai qu’à la télé. Par contre les joueurs ont l’air moins musclés en vrai.

Ce soir là, la France a battu une équipe d’Israël dont les 3 meilleurs joueurs avaient été laissés au repos sur le banc; un léger manque de respect envers les supporters israëliens qui s’étaient sans doute, pour certains, déplacés de loin. Même si ça ne me surprend pas du tout de la part des pragmatiques israëliens déjà qualifiés, ils auraient pu jouer juste quelques minutes, ça ne leur auraient pas porté si grand préjudice.

Bon, le match Italie – Israël commençant, l’Italie étant favorite, je vous laisse. Merci de m’avoir lu.

En Israël

Comme le montre la récente interview d’Omar Sy, il est et a toujours été compliqué de se prononcer sur le conflit Israëlo-Palestinien, et ce quel que soit son niveau de popularité. C’est en tous cas mon point de vue.

Le fait est que j’ai de la famille en Israël, que j’y suis souvent allé en vacances et que même si j’essaie de rester le plus objectif possible, je ne le suis pas. Par exemple, j’ai un ancêtre qui fut enfermé dans un camp de concentration, j’arrive donc à comprendre l’intérêt du sionisme. Mais je ne suis jamais allé dans aucun pays arabe et je ne connais pas vraiment l’envers du décor.
Alors même si de ce post transpirera mon affection pour ce pays, je pense qu’il faut le prendre comme un simple report d’un voyage en Israël qui eut lieu l’an dernier et que j’ai mis longtemps à me décider de publier. J’essayerai quand même de conserver un minimum d’esprit critique, mais ça n’est rien d’autre qu’ un petit aperçu de ce que j’ai vécu et vu là-bas.

Israel01

 

Après des contrôles de sécurité toujours musclés, et les applaudissements de rigueur à l’atterrissage,  nous sommes arrivés à l’aéroport, attendus par une voiture de location de marque MG. Je pensais que c’était une marque chinoise qui s’était inspirée sans scrupule de General Motors, mais le fait est, que même si aujourd’hui la marque a été reprise par une compagnie chinoise, elle était en fait d’origine anglaise, sans lien avec la marque américaine.  Lire la suite

Travel travel

Welcome to the USA

Deux mois après mes vacances aux Etats-Unis, voici un petit report. Deux mois c’est long pour bien se rappeler de tous les détails, et tant mieux parce que si je racontais tous les détails ça donnerait un report plutôt anxiogène. J’ai plutôt mal vécu ce voyage dans l’ensemble. Dormant mal et peu sur des lits inconfortables, et souvent sur les nerfs. La densité de gens à New-York est très élevée, (je n’aime pas trop la foule) et même si les gens là-bas étaient plutôt sympathiques, tout te rappelle qu’ils travaillent beaucoup, notamment leurs mines fatiguées. Chicago était plus cool, mais c’est là où je dormais le plus mal. Ceci dit, le temps qui passe aurait plutôt tendance à atténuer les mauvais souvenirs et à modifier la charge émotionnelle de mes photos du côté positif.

 

Lire la suite

Pour la République

Je suis Charlie

Ce Dimanche 11 Janvier 2015 après-midi j’ai pris cette photo place de la République car j’y étais. Malgré mon léger désaccord avec Charlie Hebdo, qui fait que je n’ai pas crié « Je suis Charlie » avec les autres. Malgré le fait que je n’aime pas trop la foule ni être collé contre des inconnus, malgré ma crainte des débordements extrémistes de type « quenelles » ou déclarations xénophobes.
D’ailleurs il n’y en eu pas la moindre durant les 3 heures que j’ai, parfois péniblement, tenu, mais bien tenu ! Malgré les craintes pour ma sécurité et c’était d’ailleurs là pour moi le principal enjeu, montrer que je n’avais pas peur, que je n’avais pas été atteint par la volonté des terroristes de terroriser. Je voulais faire partie de cette image qui allait faire le tour de la planète et leur revenir, et sur cette image il fallait que nous soyons les plus nombreux possibles. Alors j’ai tout supporté pour ça, et surtout ce sentiment d’enfermement, au milieu d’une foule dense qui n’avance presque pas, qui m’a finalement trop fatigué les nerfs pour que j’aille jusqu’à la place de la nation.

J’étais là pour défendre la liberté d’expression. Avant les évènements je n’étais pas particulièrement d’accord avec Charlie Hebdo, j’ai craint que leurs Unes puissent être un danger pour la sécurité publique, je l’avais exprimé (sur facebook) avec respect, sans haine ni menace, je n’ai pas vraiment été suivi. Je ne m’en glorifie pas. Aujourd’hui je pense presque que ce sont eux qui avaient raison finalement, car ils défendaient une liberté essentielle. Je pense juste que c’est cette méthode frontale qui les a autant mis en danger. Mais ce sont eux qui ont pris pour tous ceux qui pensaient la même chose, alors je leur rend hommage.

 

 

 

J’ai entendu dire que ce rassemblement ne servait à rien mais je pense que c’est faux. Aujourd’hui, les sectes terroristes à l’origine de ces actes en France sévissent dans des pays où les pouvoirs publics, où la population ne réagissent pas ou plus. Il était essentiel de montrer qu’en France leur pouvoir est pour l’instant le plus limité possible car leur volonté est de s’étendre au maximum. Alors que chacun agisse à sa manière, certes. Que ce rassemblement n’empêche pas d’autres actes dans le futur, certes, mais ne me dites pas que cela ne sert à rien. Cela montre que la République française, que les gens en France, de toutes religions et origines confondues ne sont pas prêtes à se laisser faire et soutiennent tous les gens qui peuvent nous défendre, la police, l’armée et qui le font encore aujourd’hui.

Avec ce sursaut d’orgueil on est pas sauvés, mais sans ça on est foutus.

France de ce rassemblement je t’aime et c’est avec du recul et de la réflexion et pas seulement sous le coup de l’émotion que j’écris ces mots que je n’ai pas forcément l’habitude d’écrire, et ça ne veut pas dire pour autant que je rejette les autres, ceux qui n’y ont pas participé ou que je ne les soutient pas, moi. Je pense qu’il fallait y être pour comprendre pourquoi je tiens cette position.