Une semaine dans ma vie

Je ne sais pas si vous connaissez Serge le Mytho, un personnage très drôle joué par Jonathan Cohen inventé par les auteurs de Bref dans Bloqués avec OrelSan et Gringe. D’ailleurs, je pense que vous l’ignoriez, Navo et Kyan Khojandi se sont inspiré de moi pour créer Bref, puis Bloqués.

OU

Serge le Mytho.

Vendredi 18 Novembre 2016:

Je devais aller à la CAF apporter des quittances de loyer pour le renouvellement de mon allocation logement. J’y suis allé vers 15h30 dans le quinzième arrondissement. On a vérifié mon sac dans le cadre du plan vigipirate. Il y avait une longue file d’attente, ça m’a fait un peu peur mais elle n’a duré qu’une vingtaine de minutes. On m’a dit que ce n’était pas le bon moment pour les apporter, que c’était trop tôt, alors que dans le dix-huitième arrondissement on m’avait conseillé de les apporter plusieurs mois à l’avance. La CAF a quand même accepté de traiter mon dossier. Tant mieux.

OU

Avec des potes riders on voulait faire un baptême de base-jump en skate depuis la plus haute tour du monde, la Burj Khalifa. Le pote d’un pote connaît bien la famille Trump, et Donald a accepté de nous prêter un de ses apparts dans la tour.
Le baptême s’est bien passé, on avait des go pro, on a tout filmé. On va mettre la vidéo sur toutes les plateformes, on vise plusieurs millions de vues, on s’auto-finance grâce à la Youtube money la plupart du temps. Sur ce ride on a battus 7 records du monde homologués. Ca fait plaisir.

Samedi 20 Novembre 2016

Je suis resté à la maison presque toute la journée pour faire des trucs sur internet. Mon blog sur les sneakers, essayer de rédiger un article sur la NBA pour la section dédiée aux télespectateurs du site internet de la chaîne Beinsports. Puis j’ai fait un tour dans le quartier histoire de m’oxygéner. (Ce qui à Paris est sûrement un peu illusoire). Le soir: télé, jeux sur l’Ipod, surf sur internet, pour se détendre après cette grosse journée sous le signe de la pression et de l’intensité de travail.

OU

Hillary Clinton est un peu déprimounette ces derniers temps, alors une amie proche qui connaît bien sa fille m’a demandé si je pouvais me joindre à elle pour essayer de lui remonter le moral. Il paraît que je fais ça très bien. On est passé chez elle, Jay-Z  et Beyoncé étaient là pour prendre le thé. Ils nous ont proposé de le goûter, il venait de Nouvelle-Zélande et coûtait 150 euros les 500 grammes. Franchement il ne les valaient pas. Ils voulaient le commercialiser sous le nom de Teadal. Je leur ai déconseillé de le faire, ils m’ont remercié pour ma franchise, en me disant que ça les faisait un peu chier que leur entourage leur dise tout le temps oui à tout hypocritement. Ensuite ils ont proposé qu’on vienne tous dans leur hôtel sur une île du pacifique. Je pouvais pas, mais mon amie, Hillary et son stagiaire à la fondation Clinton ont accepté.

Dimanche 21 Novembre 2016

J’ai envie de recommencer à courir. J’ai déjà l’équipement, il faut que je me motive à aller en métro ou en bus dans un parc parisien (Je n’ai pas le permis). Je n’aime pas courir sur le macadam, c’est surtout pour mes poumons. Je n’aime pas non plus prendre les transports en commun en tenue de sport, j’ai l’impression que c’est inesthétique. Et après avoir transpiré, j’ai l’impression de sentir mauvais. Mais aujourd’hui si je n’ai pas couru j’ai au moins fait 7 minutes de sport grâce à la fameuse application « 7 minutes de sport ». Ca faisait plusieurs mois que je n’avais pas fait d’effort un peu plus intense que de la marche à pied, ça se sentait. J’ai quand même réussi à faire 10 pompes, truc de fou.

OU

J’étais invité à un vernissage de vêtements haute-couture conçus par des jeunes créateurs européens qui se déroulait à Londres. Plus d’une centaine de cintres accrochés aux murs et les créateurs qui demandent leur avis aux quelques invités triés sur le volet. Justin Bieber, Lady Gaga, Stromae, Calvin Harris, Ariana Grande, apparemment il y avait une fille de Bill Gates et aussi quelques mannequins hommes et femmes que je ne connaissais pas. J’ai été invité à de futurs défilés, dont deux en tant que modèle.
Le soir j’avais une place en loge pour la finale des Masters de tennis de Londres. Manifique compétition. J’étais assis à côté de mon pote le prince Harry. Nan je rigole, je connais pas le monde entier non plus. Non je rigole pas, je le connais depuis qu’il est tout petit, comme s’il faisait partie de ma famille. C’est Andy Murray qui a gagné le match contre Novak Djokovic. J’aurais pu aller voir Murray avec le prince Harry, mais j’ai préféré aller consoler mon vieux pote Djoko. Il m’a confirmé qu’Andy Murray avait vraiment passé un palier ces derniers mois. Je lui ai conseillé de couper un peu avec le tennis et de retrouver sa famille. Il m’a répondu que c’était exactement ce qu’il allait faire. Totalement sur la même longueur d’onde Djoko et moi.

Lundi 21 Novembre

Le lundi c’est le retour au « travail ». J’essaie de trouver un article pour mon blog sur les sneakers. Je réfléchis à ce que je pourrais faire d’autre sur internet. Malheureusement j’ai une tendance à procrastiner, ce qui fait que j’ai des idées mais je ne les met pas forcément à exécution. Je veux créer un compte twitter avec une particularité que je ne dévoilerai pas, je veux faire imprimer des cartes de visite et un sweat-shirt à l’effigie de mon blog sur les sneakers pour lui apporter un plus gros potentiel de vues… Mais je reporte au lendemain.

OU

Etre en vacances alors que tout le monde doit reprendre le travail c’est une sensation étrange. Mais oublions ça et éclatons nous ! Direction Rio de Janeiro, en tongs et en maillot. Avec Raï, ancien capitaine du PSG et de l’équipe nationale brésilienne de foot, on a passé la journée à visiter ses écoles dans les favelas de Rio. Voir les enfants pleins de joie de vivre et de désir d’apprendre en plein milieu de ces quartiers gangrenés par le trafic de drogue et les règlements de compte ça n’a pas de prix. Mais attention aux clichés, les favelas sont aussi habités par des gens qui essaient d’augmenter leur qualité de vie, dans le respect des lois, l’amour de leur prochain et le dialogue avec les habitants et les autorités. Heureusement pour moi je parle brésilien couramment, ce qui fait que je me fonds dans le décor. En fin de soirée, après avoir admiré et applaudi le coucher de soleil sur Ipanema avec Gisele Bundchen en position du lotus j’ai inauguré un bar-boîte de nuit-plage où j’ai pu taper la discute avec de magnifiques et riches brésiliennes chez qui j’ai finalement passé la nuit. Mais on a pas trop dormi. Et là j’ai réalisé que l’une d’entre elles était en fait un brésilien. J’ai pris sur moi et cette nuit fut riche d’enseignements et de nouveautés.

Mardi 22 Novembre

A midi je suis allé déjeuner au Laï Laï Ken. Poulet frit du chef et demi riz japonais, très bon. Puis j’avais rendez-vous avec ma psy. En ce moment je vais bien, mon traitement agit de manière positive, sauf que j’ai pris des kilos. Mais j’en ai reperdu un peu, c’est mieux. Il faut vraiment que je me remette au sport.

OU

Toujours à Rio, hébergé par mon nouveau copain, le matin c’était cours de Capoeira avec l’inventeur de la Capoeira et Vincent Cassel qui traînait par là.
A midi, cours de samba avec l’inventeur de la samba et Gilberto Gil qui faisait son marché dans la rue adjacente et qui entendant de la musique est passé jeter une oreille par curiosité.
L’après-midi cours de Ju-jitsu brésilien avec l’inventeur du Ju-jitsu et un Sumo.
Le soir, après avoir encore applaudi le coucher du soleil à Ipanema, direction New-York pour le retour au business. Il faut bien que je me fasse de l’argent de temps en temps pour mener ce train de vie.

Mercredi 23 Novembre

La nouvelle vidéo de Cyprien est sortie sur Youtube, elle était vraiment hilarante. Par contre je ne me souviens pas du tout de quoi elle parlait. J’ai reçu ma dernière paire de chaussures, des Converse Chuck Taylor 2. J’ai envie de faire une vidéo de review. Il faut que j’en écrive le texte parce que je suis un très mauvais improvisateur. On ne s’en doute pas forcément mais ça prend super longtemps. Je le ferai demain.

OU

A New-York je devais superviser la vente d’un de mes tableaux (oui je peins aussi à mes heures perdues… euh gagnées plutôt en fait) à un richissime homme d’affaires New-Yorkais. Il a proposé 1 Million de dollars, moi 2 millions. Le tableau est parti à 1 million de dollars et demi . Ha ha ! Mais non, évidemment qu’il est parti à 2 millions de dollars.
Du coup je suis allé m’acheter des baskets chez Foot Locker à Time Square avec mon pote Carmelo Anthony. Il m’a conseillé de prendre les siennes, les Melo, mais je lui ai dit pour rigoler, qu’elles n’étaient pas assez chères. On a beaucoup rigolé à ma blague avec les vendeurs et tout, c’était « a lot of fun ». J’ai décidé de prendre un exemplaire de chaque paire mise en vente dans le magasin pour les tester chacune. Carmelo m’a dit que j’étais « crazy », on a bien rigolé.

Jeudi 24 Novembre

J’étais donc censé écrire la review d’une vidéo sur les dernières chaussures que j’ai achetées. Comme d’habitude quand je procrastine je fais tout sauf ce que je dois faire. Je suis allé m’acheter des bonbons sur les Champs Elysées, je suis passé à la pharmacie récupérer mes médicaments, je suis allé faire corder ma guitare, j’ai rangé, j’ai fait le ménage, j’ai écrit autre chose.

OU

Rien de mieux qu’un agenda bien rempli. Je ne réfléchis pas, j’agis et j’oublie que je suis mortel… que je vais mourir un jour quoi, je préfère préciser. Mais parfois j’aime aussi me reposer, tranquille, à la campagne. J’aime beaucoup la campagne japonaise. Les arbres, là-bas, ont une apparence unique. Le dépaysement est total. J’ai donc décidé de me rendre dans un ryokan près de Kyoto. Après 4 heures de méditation assis en tailleur j’ai pris part à une dégustation de thé qui a duré environ 2 heures. Je ne sais pas trop je n’avais pas le droit de garder mon téléphone ni ma montre. Le dîner fut épique, avec 20 plats dégustés l’un après l’autre selon un cérémonial ancestral immuable. Puis j’ai fait une longue marche dans la forêt. Après tant de temps assis j’avais besoin d’être debout, et respirer l’air pur et oxygéné m’a fait le plus grand bien. De quoi aborder sereinement la fin de semaine à venir, qui sera riche en péripéties.

 

 

 

 

 

 

 

NBA: Les 10 joueurs à suivre en ce début de saison

Bonjour chers 2 lecteurs (je suis optimiste) qui vous intéressez à mes posts sur la NBA, après les 5 équipes à suivre, je vais vous dévoiler les 10 joueurs à surveiller en ce début de saison NBA.
Ce ne sont pas forcément les 10 meilleurs au vu de la saison dernière et des espérances de cette saison, d’ailleurs je n’y ai pas mis LeBron James, mais ce sont aussi ceux dont on attend soit: qu’ils se maintiennent à leur niveau déjà très élevé, qu’ils progressent encore, qu’ils se révèlent, ou qu’ils embrassent les ambitions que l’on a placées en eux.

Voici ma liste des 10 joueurs à suivre en ce début de saison:

1 & 2) On a bien-sûr hâte de voir évoluer ensemble Kevin Durant et Steph Curry. Lequel des deux va manger l’autre ? Que va devenir Klay Thompson ? L’equipe battra-t-elle son record de tirs à trois points réussis sur une saison ? Steve Kerr utilisera-t-il KD dans le registre qui était le sien dernièrement, c’est-à-dire plus de shoots près du cercle, un jeu plus varié ? Un big four entouré de joueurs mineurs sera-t-il plus performant qu’un big three solidement entouré à Cleveland ou qu’un autre big four bien entouré mais avec deux presque vétérans à San Antonio ? Le principal boulot des coachs sera de partager les tirs entre le banc et les trois supers shooters capable chacun de marquer une trentaine de points à chaque match.

920x920

 

3) Cette année, le numéro 1 de la draft, Ben Simmons est attendu comme un joueur au potentiel au moins équivalent à LeBron James. Pour l’instant il est blessé et son retour est prévu pour début 2017. Mais en attendant, ses caractéristiques, grand, rapide, puissant, adroit et son aptitude en attaque et au rebond en font un joueur dont on a envie de suivre les débuts avec attention.

Ben Simmons

 

4) Après le départ à la retraite tout récent de leur leader de ces 15 dernières années Tim Duncan, les San Antonio Spurs ont dû réagir vite pour trouver un remplaçant à ce joueur de légende (Je vous assure qu’il est loin devant Ibrahimovic dans le classement des légendes). Ils ont alors réussi à attirer deux très bons intérieurs Pau Gasol et David Lee. Mais c’est surtout Pau Gasol qui, en tant que probable titulaire suscite mon intérêt. Combien de temps mettra-t-il pour s’adapter au jeu des Spurs ? Sachant que’il est un des meilleurs attaquants au monde, sera-t-il à la hauteur en défense ? Sera-t-il un joueur clé de l’équipe comme il le fut aux Lakers où il gagna 2 titres ? A voir…

pau-gasol

 

5) A Cleveland je demande le premier adjoint du sheriff LeBron James: Kyrie Irving. Ex numéro un de la draft, ex-rookie de l’année, ex-MVP du All-star-game, champion olympique, 1 titre NBA, à 24 ans son palmarès est impressionnant. A l’instar de son jeu, une ode aux classiques du basket. On attend de lui qu’il progresse encore et se rende indispensable à la conquête d’un back-to-back, son deuxième titre, le quatrième de LeBron.

kyrie

 

6) En arrivant à Oklahoma City à la place de Kevin Durant, Victor Oladipo a un gros challenge à relever, faire oublier son prédécesseur. Pour cela il devra hausser le niveau de son jeu, mais genre beaucoup. Une question me taraude à son sujet: Son profil, taille, style de jeu, abilités au shoot, n’est-il pas trop similaire à celui de Russel Westbrook ? La saison prochaine y répondra sûrement.

oladipookc

 

7) Dwyane Wade appartient la catégorie citée plus haut des joueurs dont on attend qu’il maintienne son niveau. A 34 ans, il est recruté pour faire profiter de son expérience de triple champion NBA à l’équipe de sa ville natale, les Chicago Bulls. Mais qu’attend de lui concrètement le staff des Bulls ? Qu’il soit le leader que son statut mérite, ou qu’il s’efface pour mettre en valeur ses partenaires ? Mon intuition est que lui, en tous cas, a pour ambition de rester la star qu’il est depuis déjà si longtemps.

wade_home

 

8) Damian Lillard est un autre joueur à vraiment surveiller. Il aura à coeur cette année encore d’être sélectionné pour le All-Star-Game, ce qu’il n’est pas parvenu à faire la saison dernière, malgré les stats adéquates. Sa petite taille, 1m91 tout-de-même, ne l’empêche pas de dunker assez souvent de manière spectaculaire, et il possède tout l’arsenal du meneur attaquant, un dribble sûr, une bonne capacité à pénétrer, un shoot fiable, même s’il arrose beaucoup, et un shoot à 3 points très efficace, et ce, même de très loin derrrière la ligne, à la Steph Curry. Les Blazers ont bâti l’équipe autour de lui, à lui de montrer ce dont on a l’intuition,  c’est-à-dire qu’il mérite une place dans l’élite de la NBA.

maxresdefault-2

 

9) Kristaps Porzingis a été la bonne surprise pour les New-York Knicks et la NBA l’an dernier. Sifflé par les fans des Knicks au moment de la draft, où il a été choisi en quatrième position, il a su par son jeu retourner l’opinion en sa faveur. Cette année marque dans son équipe l’arrivée de deux « monstres », Joakim Noah et Derrick Rose. Où se positionnera-t-il par rapport à Joakim, ailier fort ou pivot ? Rose et Carmelo Anthony lui laisseront-t-il quelques shoots pour alimenter ses stats ? Porzingis est attendu pour encore progresser et montrer qu’il est l’avenir des Knicks.

porzingis-kristaps

 

10) Enfin, un joueur qui me plaît beaucoup, Karl-Anthony Towns. Il a été élu meilleur rookie de la dernière saison et joue dans une équipe jeune et prometteuse, les Minnesota Timberwolves. Son style de jeu classique, moins spectaculaire et explosif que Porzingis, lui vaut d’être parfois comparé à Tim Duncan. Les Wolves dont Karl-Anthony Towns et Andrew Wiggins, meilleur rookie de la saison précédente, seront les leaders, auront comme défi de répondre aux attentes de la franchise et des fans et atteindre au moins un bilan équilibré de victoires et de défaites, sinon mieux. Malheureusement ça ne sera pas facile, mais ils comptent aussi sur leur nouveau coach Tom Thibodeau, qui, on l’espère saura utiliser le talent de Towns et de ses jeunes co-équipiers et le transformera en victoires.

karl-anthony-towns

NBA 2016-2017, les 5 équipes à suivre en ce début de saison.

Ce soir, la NBA reprend et si t’as pas bein t’es pas in. Mais trêve de jeu de mots facile, car tu peux t’abonner quand tu veux, ou te débrouiller comme tu peux pour regarder les matchs pas trop légalement, this is why we internet.

Bein sports annonce cette saison 11 matchs par semaine, et même si tous les fans de NBA sont contents, il faudra faire une sélection pour ne pas atteindre l’overdose. Alors si vous découvrez la NBA ou si vous aviez décroché, je vais essayer de vous orienter en vous délivrant ma sélection des 5 équipes à suivre en ce début de saison. Celles sur qui on mise pour nous donner du spectacle et nous faire serrer le poing comme si c’était nous qui venions de décocher ce buzzer beater fade away jump shot de derrière la ligne des 3 points. Celles de qui on attend de belles performances, même si rien n’est encore sûr.
Edit: On peut aussi accéder à tous les matchs en payant un abonnement annuel sur nba.com.

  1. Les Cleveland Cavaliers:2016-nba-champions-splashLes champions en titre ont conservé leur 5 majeur et ont même réussi à recruter un élément intéressant en la personne de Mike Dunleavy Junior qui tournait à une dizaine de points l’an dernier à Chicago. Il rejoindra un banc relativement étoffé. A signaler, le départ de leur meneur numéro 2, Matthew Dellavedova, mais Cleveland s’est bien équipé en guards remplaçants. Ils viseront la tête de la conférence est et donc commenceront fort. (Et continueront fort, aussi)
    .
  2. Les Golden State Warriors:golden-state-warriors-players-kevin-durant-l-and-steph-curryIls ont récupéré Kevin Durant, MVP de la saison 2012-2013, et perdu quelques joueurs dont 2 du 5 majeur. Avec 3 shooters longue distance hors normes, dont 2 MVP de la saison, ils restent tout-de-même une équipe super dangereuse. On attend cependant de voir comment le coach Steve Kerr réussira à concilier tout ça.
    .
  3. Les San Antonio Spurs:spursTim Duncan, ailier-fort, grand des Spurs et de la NBA, est parti à la retraite, créant un vide et surtout une inconnue, les Spurs parviendront-ils à maintenir leur niveau d’excellence acquis lors de ces 20 dernières années ? Pour cela, ils ont opéré une transition en douceur, recrutant l’an dernier un autre ailier-fort très performant, Lamarcus Aldridge. Cette année ils continue à faire fort en attirant Pau Gasol dans leur roster. Fait intéressant, Gasol et Tony Parker sont frères ennemis, se cotoyant sur les meilleurs terrains depuis l’âge de 15 ans, et s’éliminant l’un l’autre très souvent, surtout en équipe nationale. Ils furent également draftés la même année, Pau Gasol étant élu rookie de l’année, avec comme dauphin Tony Parker. TP possède malgré tout 1 titre NBA de plus que Gasol. Il sera intéressant de voir comment ces deux-là s’entendront sur le terrain.
    .
  4. Les Chicago Bulls:maxresdefault-1-editedSuite à une saison en dessous de leurs espérances, les Chicago Bulls ont fait le ménage avant d’aborder la prochaine saison. Ecartant Derrick Rose qui n’a jamais récupéré son niveau d’avant sa première grosse blessure au genou. Laissant partir Joakim Noah et Pau Gasol. Ils ont essayé de combler les vides en recrutant Rajon Rondo et Dwyane Wade, deux guards de grand talent. Dwyane Wade étant né à Chicago, on peut espérer que son retour aux sources sera bénéfique pour lui et son équipe. Si la sauce prend, cette team, bien que manquant d’un ailier fort de gros niveau, sera sans doute l’une des plus performante de la saison.
    .
  5. Les New-York Knicks:knicksEquipe en complète reconstruction ces dernières années, avec comme artisan Phil Jackson, coach le plus titré de l’histoire, à la présidence. Ils miseront sur leur superstar Carmelo Anthony, mais aussi sur la bonne surprise de la saison dernière Kristaps Porzingis, et pourront compter, du moins l’espèrent-ils sur Joakim Noah et Derrick Rose, fraîchement débarqués des Chicago Bulls. Un MVP de la saison régulière, Rose, et un MVP défensif, double vainqueur du Final Four en Université, Noah. Ces deux-là devront déjà faire attention à leur santé, ayant souvent été blessés la saison dernière. Contrairement aux 4 équipes pré-citées, ils ne viseront pas le titre, mais une présence en playoffs qui fait défaut aux Knicks depuis assez longtemps. Et pourquoi pas passer un tour.

 

 

 

Interview pour le journal Chomedur.

kyan_khojandi_3518-jpeg_north_1160x_white

Depuis qu’il a démissionné de son poste d’agent administratif il y a 5 ans, Clément, 38 ans, n’a pas retrouvé d’emploi. Il faut dire que sa dernière expérience, avec un chef tyrannique, incompétent et égocentrique l’a laissé échaudé. Il ne se projetait plus dans le monde du travail et s’est résolu à démarrer une psychothérapie.
Malheureusement il n’obtint pas de résultat probant. Il n’arrivait pas à envoyer de CV ni de lettre de motivation, tellement il redoutait de travailler à nouveau.
Aujourd’hui il est retourné vivre chez ses parents retraités dans le nord de Paris et c’est sur le banc d’un square du 18ème arrondissement que nous le rencontrons.  C’est plus proche de sa réalité nous dit-il un peu gêné, il n’a pas les moyens de s’offrir un coca tous les jours.

banc-public_chaleur-d-avril_jardin-du-luxembourg_r11

“J’aime aussi sortir de mon quartier et flâner dans Paris, mais je dois économiser mes titres de transport. Du coup je marche beaucoup, ça me maintient en forme. Le problème c’est que j’use mes chaussures, surtout que ce sont des premiers prix, pas toujours très endurantes.”

Quand on lui demande de nous parler de ses hobbys, ses passions, il nous dit qu’avec son budget réduit, ses centres d’intérêts se sont déplacés, ont évolué.

“J’adore lire les menus des restaurants. Surtout les plus grands et les plus chers, je sais que je n’aurai jamais les moyens de m’en offrir et ça me fait fantasmer. Ca entretient mon imagination et mon aptitude à rêver.”

“Parfois je me poste devant la vitrine d’un restaurant qui me fait envie et je regarde les gens manger. J’ai l’impression de manger avec eux. Mais bon, je ne peux pas rester longtemps, ça fait vraiment bizarre. Pour moi et surtout pour eux. Parfois les serveurs me font signe de partir. Eux ils y mangent gratuitement, ils ne savent pas ce que ça fait, ils ne ressentent pas ce sentiment d’impuissance”

C’est à la fois naturellement et en essayant d’ignorer le côté psychopathologique de la question qu’on lui demande ses bonnes adresses.

“Le quartier de la rue Saint-Anne est truffé de vitrines contre lesquelles mangent des parisiens et des parisiennes solitaires, qui le sont du moins le temps d’un repas.

607514763

Ca me rapproche d’eux. Il m’est arrivé de me poster en vitrine, devant un client ou une cliente et d’essayer de nouer un dialogue muet, avec des gestes. Je dois avouer que ça ne marche pas souvent. Les gens sont de plus en plus individualistes.”

Quand on lui demande comment il organise son budget, parce que quand-même, des restaurants il en existe des plus abordables, il botte un peu en touche.

“Je reçois une petite aide de l’Etat, et j’ai réussi à économiser pour m’acheter un smartphone. J’ai un tout petit forfait mais ça me convient. Je n’ai pas vraiment de vie sociale alors je ne le consomme pas beaucoup. C’est juste pour ma famille, les quelques amis qui ne m’ont pas encore lâché, et surtout si un jour un employeur potentiel devait me contacter. Ca n’est pas arrivé depuis longtemps, mais on ne sait jamais…”

Clément est vêtu d’un jean fin, un peu informe, comme on en trouve à 20 euros chez H&M. Lui dit qu’il l’a chiné au même prix, dans un magasin de l’avenue de Clichy, une vraie caverne d’Ali Baba ou tous les chômeurs dignes de ce nom peuvent trouver leur bonheur. Il porte aussi un sweat-shirt gris clair, banal, acheté 10 euros chez Carrefour. “Une trouvaille ! C’est un 100% coton de qualité et il est bien coupé, on en dégote qu’en hypermarché à ce prix là.”

“Je m’amuse souvent à essayer des tenues dans les magasins et à me photographier dans les cabines d’essayage. Ensuite je poste mes plus beaux looks sur Instagram, comme un blogueur mode. Ce n’est pas facile d’oser ça, mais il m’est déjà arrivé d’entrer dans une boutique de luxe de l’avenue Montaigne et d’essayer des vêtements de défilés de prêt-à-porter. Il faut avoir l’aplomb de se mettre dans la peau d’un vrai client potentiel et de trouver une raison de repartir sans rien. Je n’aime pas trop le faire, me faire passer pour un autre, mentir, baratiner, ce n’est pas trop mon truc. Mais souvent les tenues des grandes marques sont mieux coupées et plus appréciées. Elles me rapportent plus de likes sur Instagram. Il faut aussi savoir user des bons hashtags.“

Sa vision de Paris: U6One immense vitrine où on ne peut pas faire grand-chose sans argent. Lui, la regarde tristement depuis l’autre côté.

“Souvent je m’assois sur un banc public. On ressent la ville vibrer quand on est arrêté. Je regarde les filles passer, c’est ma terrasse de café à moi.

web_00760

Je ne suis pas un dragueur. Et être pauvre ça ne donne pas envie de draguer de toutes façons. Si on sait déjà qu’on ne pourra rien offrir d’autre que de vivre d’amour et d’eau fraîche, ça ne motive pas. Encore, à 18 ans c’était envisageable mais à 38, les filles sont des femmes et  attendent plus. C’est comme sur les applis de rencontres gratuites. Sur Happn les trois quarts sont chefs, auto-entrepreneuses, directrices. Ca refroidit direct. On sent que si on ne ment pas sur le CV on a aucune chance.”

Quand on évoque son travail, ses difficultés à retrouver un emploi, Mathieu se referme un peu et baisse les yeux.

“Je sais que c’est important mais je n’y arrive pas. Parfois je perds espoir et je me dis que je vivrais tout le reste de ma vie comme ça. Plus le temps passe et moins j’ai de chance de retrouver un emploi car mon CV comportera un trou de plus en plus grand. Et après tout, le chômage de masse est un phénomène relativement récent et qui sait, certains sont peut-être condamnés à rester chômeurs toute leur vie. »

On comprend que dans sa tête, un avenir se dessine, fait de phobie, de vie par procuration, de sentiment d’impuissance, d’errance. Et quand on pense que la conversation s’oriente de plus en plus vers un chemin qu’on ne veut pas prendre, qu’on ne veut pas imaginer possible, un joyau apparaît là où on ne grattait que de la pierre.

“Parfois je reprends espoir et je me dis que justement un recruteur va penser qu’il est temps de me remettre le pied à l’étrier. Je sais que j’ai un potentiel, j’étais très bon à l’école et j’ai gardé quelques qualités mentales. Peut-être qu’un jour je vaincrai mes peurs, j’aurai un entretien d’embauche et un DRH les verra.

Et puis peut-être qu’un jour je me bougerai, j’arrêterai d’attendre que cela vienne des autres et je créerais ma propre entreprise, ma propre façon de gagner ma vie. J’aime écrire et je rêve de posséder un magasin de baskets… On peut toujours rêver…”

Mais cette lueur d’espoir s’éteint vite soufflée par une vision assez critique du monde.

“Parfois ce monde me fait peur. La capacité qu’ont les êtres humains à salir et détruire la planète sur laquelle ils vivent. La couche d’ozone, la pollution des voitures, des usines, le nucléaire, les excès religieux… Je pense souvent à ça. J’aimerais faire quelque chose pour lutter contre tous ces maux  mais pour l’instant je lutte déjà beaucoup contre moi-même, pour assurer mon quotidien. Faire partie d’une association, avoir un rôle politique quelque part, influencer par son esprit, sa voix, sa plume pour une société plus équilibrée. Si soi-même on ne fait rien on ne peut pas accuser les autres de négligence. C’est aussi pour ça que je vous ai donné rendez-vous dans un jardin public. Parce que c’est la nature dans la ville morne, marron et grise. Ce sont les rires et les cris des enfants. Ce sont des lieux indispensables et on en a pas assez à Paris.”

 

Voilà. Terminer par là où on a commencé mais avec un angle de vue différent, de la sagesse. On se dit que la boucle est bouclée et que même si le ciel de sa vie est nuageux, le soleil brille toujours, c’est juste que pour l’instant il ne le voit pas.

Alors pour voir s’il sait aussi parler futilités on lui a posé des questions légères avec pour seule  consigne, que ses réponses le soient aussi.

 

Votre coiffeur préféré ?
Je me fais la boule à zéro moi-même avec une tondeuse. C’est beaucoup moins cher et on m’a dit que ça m’allait pas si mal.

L’émission de télé pendant laquelle vous êtes injoignable ?
Vraiment injoignable il n’y en a pas, mais j’avoue que lorsque je suis devant “Touche pas à mon poste” ou un match de NBA il est préférable de ne pas attendre une réponse urgente de ma part.

L’émission de radio ou le podcast dont vous guettez la diffusion ?
J’étais très émission de radio en direct mais je suis devenu presque totalement podcast. J’aime écouter “La tête au carré”, “Le Tony Parker show” et “Studio 404”.

La série dont vous ne pouvez pas vous empêcher de regarder 10 épisodes de suite ?
Je ne regarde pas beaucoup de séries. Je suis assez friand de sitcoms. Là je me débrouille pour télécharger “The Big Bang Theory”. Je ne préfère pas vous dire si c’est légalement ou illégalement ;)
Cet hiver je compte m’abonner à Netflix et récupérer mes dix ans de retard sur la dizaine de séries qui ont fait le plus de bruit. Je vais essayer de tout voir pendant le premier mois gratuit.

Un petit café sympa dans le coin ?
Je ne fréquente pas les cafés. Par contre un petit resto sympa: “Le Sapin” dans le dix-neuvième, boulevard de la Villette. Un bon service et du bon miam.

La meilleure pizza de Paris ?
Ha ha ! Je ne prétendrais pas connaître la meilleure pizzeria de Paris. D’ailleurs tout le monde a SA meilleure pizza. La mienne: La calzone parigino  chez In bocca al luppo rue Francoeur.

L’objet dont vous ne voudriez vous détacher sous aucun prétexte ?
Je dirais mon ordinateur portable. C’est un modèle hyper rare. Une collab Chromebook – Apple – Toshiba, qui grâce à un disque dur SSD me permet de surfer sur le web à la vitesse d’une tablette, avec l’ergonomie d’un ordinateur à clavier, dont je me sers beaucoup pour écrire. Je l’ai payé seulement 200 euros en solde.

dsc_0002-01-edited

 

On remercie Clément pour sa courageuse sincérité,et touchés, on espère simplement le meilleur pour lui.

 

Ondes sensuelles

Etre le seul garçon avec 1 soeur et 2 cousines (en France, je précise, car j’ai un cousin israëlien en Belgique et une cousine en Israel que je ne vois pas souvent) comporte quelques désagréments comme le fait de ne jamais jouer au foot avec elles. Alors je sais que certaines filles aiment jouer au foot, mais ce n’est pas leur cas. Pourtant, se trouver dans cette configuration comporte aussi quelques avantages, que j’appellerai sobrement leurs copines.
Moi qui était quand même relativement timide avec les filles, je fus mis en contact grâce à elles avec quelques personnes de composition chromosomique féminine totalement à mon goût. Si je n’en ai jamais profité c’est dû à ma timidité et à ma bêtise, mais je l’affirme aujourd’hui, quitte à faire vasciller mon image de gentleman ou plutôt de gentil garçon, certainement pas à mon manque d’envie.

Bref…
Il y a quelques jours j’étais au mariage de ma cousine. Aimant beaucoup danser, elle a quelques copines sans doute rencontrées lors de ses pérégrinations dans des soirées ou des cours de salsa et autres zumba, kuduro ou kizomba.
Des copines qui aiment danser et qui dansent bien.

Vous avez peut-être lu ce post ou je raconte ma rencontre avec une fille que je trouvais très belle, qui m’avait demandé un renseignement dans le métro, que j’aurais voulu voir se rapprocher de moi et qui au contraire s’était éloignée.
Eh bien j’ai vécu une expérience différente il y a quelques jours au mariage de ma cousine.

Je prenais des photos du lieu du mariage, une plage privée, quand je l’ai vue pour la première fois. Je ne l’avais pas remarqué mais elle attendait sagement et gentiment que je finisse pour se rendre dans ma direction. Elle était brune, dans une robe rouge un peu moulante mais pas complètement collée au corps, laissant deviner des formes homologuées par le MIGPA, le Matyeu Institute of Girl’s Physical Appearance, sans entrer dans la catégorie méprisée surtout par la gent féminine de la fille vulgaire. Un petit visage un peu rond, un petit nez droit et pointu, une peau mate, un profil dont la beauté ne possédait nul égal sauf son visage de face.
Quand je l’ai croisée je me suis dit: Jamais déçu par les couz. Mais je ne pensais pas qu’elle m’ait calculé d’aucune façon. Out of my league. En plus elle devait être casée avec des enfants, comme l’immense majorité des invitées. Donc voilà quoi, on passe à autre chose.

La soirée battant son plein, l’alcool coulant à flots, la première partie du repas touchant à sa fin, c’est naturellement que la piste de danse, alimentée par des morceaux grand public se remplit de kizombeuses, de mecs de kizombeuses et autres chalands. La sono me perçant les tympans je décidais de m’éloigner un peu. A mon retour, une situation inattendue, emportées par la fièvre de la danse, des filles s’étaient mises à se déhancher sur une table. Parmi elles, la fille à la robe rouge. Elle dansait pile en face d’un mec qui semblait faire tout son possible pour l’ignorer. Sur le coup je m’en suis douté et j’en eus la confirmation plus tard dans la soirée, aussi bizarre que cela puisse paraître, c’était son mec. Il semblait avoir honte, ou penser « arrête de te donner en spectacle comme à chaque fois », ou un truc du genre. Blasé par sa copine, comme dans un épisode de Confessions intimes.
Alors il faut savoir que je suis une sorte de vigile sur pattes, j’ai un regard qui se balade partout. J’observe tout et tout le monde et croise le regard de toute personne me regardant. Certaines filles prennent cela pour une marque d’attention particulière en leur faveur, sauf que je fais ça avec toutes les filles. Et tout le reste de l’humanité.
Alors je ne sais pas, peut-être mon regard et mon attitude m’ont-ils trahis, mais j’ai eu l’impression que la fille à la robe rouge, que j’avais pas mal observé mais dont je n’avais que très très peu croisé le regard, m’observait aussi très très discrètement.
Et tout en dansant avec ses copines, au lieu de s’éloigner comme la fille dans le métro, elle se rapprochait de moi.
Et continuait de se trémousser, malgré la fatigue qu’on pouvait lire sur son visage qui se creusait. Comme si chaque chanson rechargeait sa jauge de vie.

Jusqu’au moment où elle se posta pile en face de moi, à 1 mètre. Levant et ondoyant ses bras avec grâce, se tournant et se retournant, sans croiser mon regard, qui pour une fois se baissait par gêne, mais se redressait aussi par intérêt, dans un mouvement oscillatoire continuel.

La fin du morceau scellait notre (ou mon) péché et je dus partir immédiatement, sur cette impression que la vie pouvait parfois apporter des bonheurs inattendus, même si, et malheureusement, éphémères. Malgré son dessein, rendre son mec jaloux, une impression de légèreté et de merveilleux emplit mon esprit, et ne m’abandonna pas jusqu’à ce que je tombe dans les bras d’une autre déesse, Morphée.

 

 

Intrications

934813-capture-d-ecran-2016-09-19-a-183749

 

Très instructif. Entre la tentative de l’employé de Youtube d’influencer les questions de la Youtubeuse. Les questions pertinentes ayant émergé de sa « communauté » de « jeunes » qu’on attendait peut-être pas si pertinente. Les réponses convenues de Juncker aguerri à cet exercice. La vraie-fausse naîveté de l’intervieweuse, qui si elle avait été journaliste aurait sûrement été critiquée pour ne jamais avoir poussé Juncker dans le moindre de ses retranchements. Le fait qu’elle ait en gros multiplié par 10 son nombre de vues moyen pour l’occasion et qu’elle nous incite à partager la vidéo pour que « Youtube reste libre ». Youtube qui la félicite hypocritement et lui propose des sous pour devenir son « ambassadrice », c’est-à-dire la faire communiquer de manière positive. Youtube appartenant à Google, notoirement connu pour avoir eu des problèmes avec la France au sujet de sa fiscalisation… Et la cerise sur le pompom du gateau: tout ça est publié sur Youtube, dont le Community Manager doit être en train de s’injecter de l’endorphine par les ongles pour ne surtout pas avoir une mauvaise réaction face à la situation.

Bref, si ça vous intéresse un article est disponible LAAAAAAAAAA ! Et il mène vers tous les liens utiles à sa compréhension.

J’ajoute toutes les interviews réunies en une seule sur le compte Youtube de la Commission Européenne, l’EUtube (non, pas l’ENtube), et cela gratuitement, sur simple reçu d’un paiement via paypal d’exactement 0,00 euros. Elles sont traduites en Allemand, Français et Anglais.


screenshot-2016-09-20-at-01-59-48

Elle y était

Cher blog pas intime.

Aujourd’hui, sur le quai de la station Trinité la plus jolie personne qui m’ait jamais adressé la parole m’a demandé quelle était la station la plus proche de la Place de Clichy.
Elle était brune, bronzée, habillée d’une longue veste kaki et de ballerines kakis. Je n’ai pas fait attention au reste de ses vêtements. Son visage était un peu ovale, elle avait des yeux marrons et des cheveux bruns, une bouche assez pulpeuse, des pommettes arrondies .
Je lui ai répondu que c’était la station Place de Clichy. Elle m’a répondu « oui, mais… ». Elle avait déjà demandé à quelqu’un d’autre. Je voulais tellement l’aider que je lui ai dit qu’il fallait changer à Pigalle et prendre la ligne 2 direction Nation, alors que c’était Porte Dauphine. Elle le savait déjà (qu’il fallait prendre la ligne 2).
Puis, elle m’a demandé si c’était long pour y aller à pieds de Pigalle. Je lui ai dit: « un peu, dix minutes ».
Le métro est arrivé, elle m’a dit merci d’un ton détaché, sans me regarder, toute à son itinéraire ou à son téléphone, je ne sais pas. Elle s’est éloigné de moi, comme si elle avait deviné que je voulais au contraire qu’elle reste près de moi. Comme si elle avait vu qu’elle me plaisait et qu’elle ne voulait pas de ça.

A Pigalle je l’ai guettée, elle est descendue et s’est dirigée vers la sortie. Ou la correspondance, je ne sais pas.

Plus tard j’ai regardé si elle était sur Happn. Et elle y était… pas.

Depuis je chante des chansons avec le mot « amour » dans ma tête, je suis un peu triste et je vois son visage. J’espère que ça va vite passer.