Home

Pourquoi moi ?

15 octobre 2013

Parfois, lorsque je souhaite évoquer un sujet difficile, ou particulièrement touchant pour moi, sur ce blog j’hésite. Parfois pas longtemps. Pour celui-là, ça fait 1 an et 4 mois, d’après la date des photos stockées sur mon disque dur.

Comme certains d’entre vous qui lisent ces lignes le savent, je suis d’origine juive. J’insiste sur le "d’origine".

Je ne suis pas pratiquant, sauf lors des 3 ou 4 grandes fêtes traditionnelles, qui ont pour moi le presque seul intérêt de réunir un maximum de gens de la famille, qui ne se voit pas si souvent que ça le reste de l’année. Aussi parce qu’on y mange des trucs juifs bons.

Je ne suis pas croyant non plus. J’ai essayé de lire la Bible, que je trouve, comme beaucoup de grands ouvrages religieux, de toutes religions confondues, d’un intérêt absolu. Mais je n’ai jamais réussi à la finir. Parfois cependant, je me sens juif, comme si c’était ancré dans mon ADN. Si on adhère aux théories de l’évolution comme elles me l’ont été enseignées à l’école, en Sciences de la Vie et de la Terre, je suis convaincu que c’est ancré dans mon ADN. Même si on ne peut pas me limiter à ça.

Il y a environ 1 an et 4 mois donc, mon père, d’origine juive lui aussi, est allé visiter l’ancien camp de concentration d’Auschwitz. Sa tante qui vit encore y a été détenue. Je l’ai entendue en parler 1 fois dans ma vie pendant 3 minutes, pourtant je suis proche d’elle. Je ne sais pas pour quelle raison, ni si c’est vis-à-vis de tout son entourage, mais je sais que c’est un tabou pour elle.

Pas pour moi. J’ai plusieurs fois eu envie de lui en parler mais à cette idée je ressens, tel un chevalier de bronze dans l’antre d’un chevalier d’or, une "aura", me réduisant au silence. Est-ce que j’ai tort ? Je ne sais pas.

Pour les juifs, le nazisme est encore aujourd’hui, un énorme traumatisme. Pourquoi s’en prendre aux juifs en particulier ? On aura beau essayer de trouver des raisons, aucune ne tient réellement la route.
Ils étaient haut-placés dans la société allemande ? Pourquoi ne pas essayer de les concurrencer, ou de les déloger en mettant des allemands non-juifs artificiellement à des postes clés au pouvoir ? Ils n’étaient pas Aryens ? Et les italiens ou les japonais, alliés des nazis l’étaient-ils ? A part au nord de l’Italie, je ne pense pas. Ce n’était pas non plus un conflit religieux. Les temps étaient durs et ils ont servi de bouc-émissaire ? Peut-être mais pourquoi EUX ? Les temps étaient aussi durs ailleurs, des juifs étaient aussi présents ailleurs, mais ils ne furent pas identifiés comme causes des malheurs des autres populations !

Se pose donc cette question sans réponse: Pourquoi les juifs ? Et s’il n’y a pas de réponse, on ne sait pas quoi remettre en question.

Un des problèmes étant aujourd’hui que cette haine ou ce dédain envers les juifs, pour des raisons contestables, semble perdurer, comme une empreinte dans la conscience collective.

Mais bref, retournons à Auschwitz.

Mon père a pris des photos là-bas, et ce qui me touche en premier est visible sur cette première photo:

Image

Des immeubles en brique rouge, des fenêtres, de la verdure, des gens qui se promènent tranquilles… On est loin de l’univers d’une prison, ou d’un camp du domaine carcéral. Et c’est d’autant plus violent, qu’on s’y imagine des hommes, n’ayant aucune raison visible d’y tuer des gens qui ne leur ont rien fait, les éxécuter. Quelle force de violence faut-il pour s’extirper de ce cadre champêtre, et de s’y montrer d’une haine implacable ? Là où les archives en noir et blanc nous font ressentir une existence glauque au malheur palpable.

Avec la prochaine photo la prise de conscience passe la deuxième vitesse.

Image

A droite la liberté, à gauche les barbelés. Et au fond, le mirador.

On se rend compte de la surveillance constante qui régnait sur cet endroit.

Image

Avec cette photo, avec la superposition des obstacles, on comprend qu’il n’existait en fait aucune échappatoire.

Image

Ici, on entre dans un de ces petits immeubles au style architectural contemporain et à l’échelle humaine. Et l’inhumanité de ces lieux commence peu à peu à prendre forme. Trois hauteurs de lits, collés les uns aux autres, qu’on imagine recouvrant tout le sol des immeubles. Une existence sommaire, pas de vie privée, pas de lieu détente.

Je m’imagine d’ailleurs des ouvriers chinois ou nord-coréens travaillant et habitant dans des conditions semblables encore aujourd’hui. Sauf qu’en Chine ils sont payés et libres de partir, toute la différence est là. En Corée du Nord, je ne sais pas mais j’imagine que la problématique est différente.

Image

Je vous avoue que c’est cette photo qui me cause le plus de trouble.

Le nombre de chaussures est incommensurable, d’une part, mais il me fait aussi réaliser que les prisonniers vivaient sans, donc dans une position de grande vulnérabilité face à la dureté de leur vie et des éléments naturels, comme le froid. On en vient à se demander s’ils avaient des vêtements, comment ils étaient nourris, quel était leur traitement. Mon père n’a pas pris de photo des moyens d’extermination de ce camp, je ne sais pas pourquoi, et il n’est pas à portée au moment où j’écris et je publierai ces lignes.
Je me demande aussi pourquoi, et c’est une question que je me pose sans cesse, pourquoi ils ne leur ont pas sauté dessus à cent contre un, à ces officiers allemands. C’est, je crois, une question que tout le monde se pose et qui a sans doute une part de responsabilité dans cette image de victimes qu’ont parfois les juifs de cette époque aux yeux des autres.

Réflexion qui me conduit à aujourd’hui l’Etat d’Israël, empli de juifs qui n’ont plus envie de se laisser faire.

Une situation ultra-complexe. Entre intérêts économiques, religieux, politiques américano-européens, soucieux, à l’époque et toujours aujourd’hui de garder une main et un oeil sur les réserves pétrolières de la région. De ne pas se laisser convertir par l’Islam.
Islam qui ressent l’existence de l’Etat d’Israël, si petit, dans un monde arabe et musulman (les deux ne sont pas synonymes) pourtant si vaste, comme une blessure toujours ouverte. Cela même si des siècles avant l’existence du Coran, ces terres ont accueilli et furent possession des juifs.
Et juifs d’Israêl qui ayant décidé, beaucoup en réaction à l’holocauste, de ne plus se laisser faire, font preuve de réactions et de démonstrations de force parfois démesurées vis-à-vis de leurs voisins proches, semblant justement oublier qu’ils furent eux-mêmes victimes de cette violence aveugle dont ils ne veulent plus. Apeurés par la force du nombre des gens qui leur sont hostiles. Tout-de-même mus par une volonté d’exemplarité, dans leurs actions et pour leur image, mise à mal par la duplicité ou la mauvaise foi des dirigeants de certains pays du moyen-orient, et par la fatalité qui fait qu’une guerre ou un conflit ne laissent personne immaculé.

Je terminerais en écrivant que des conflits graves, des discriminations aux conséquences mortelles perdurent encore aujourd’hui ailleurs sur la planète, tuent des innocents et des moins innocents. Qu’on ne peut pas classer des victimes de la violence humaine par ordre de gravité. Et que je suis ouvert au débat sur ce blog ou ailleurs.

Voilà, ça me tenait à coeur depuis le premier jour où je les ai vues, de faire un post de blog autour de ces photos. Je ne savais pas comment faire et je ne sais toujours pas trop, mais c’est fait.
Et je voudrais comprendre pour quelle raison, moi qui n’ai jamais rien fait pour cela, devrais-je me sentir en danger, comme j’imagine que c’est le cas, du fait de la religion avec la laquelle je suis né, du fait de mes origines et non pas de la personnalité que j’ai développée, dans cette partie de la planète dominée par l’Islam, et parfois un peu, en France ou ailleurs ?

7 Responses to “Pourquoi moi ?”

  1. arcadiascorner Says:

    Un article très touchant quoi qu’il en soit…
    Je ne suis pas juive, j’ai mon grand-père qui est mort de suite de tortures au fort Montluc parce qu’il a dit non, et un de mes oncles a été déporté, et ça ne me suffit certainement pas pour émettre une opinion. J’ai moi aussi réfléchi, mais avant de poster un commentaire, parce que je ne suis jamais très sûre que ce soit pertinent, ou que ça serve à quelque chose, ou surtout que ce soit bien compris. A la question de pourquoi je ne sais pas répondre, à part que je pense que toute haine vient fondamentalement du manque de connaissance de l’autre, et du manque de réelles interactions entre les gens – aujourd’hui le communautarisme est profondément ancré à nouveau dans la société, communautarisme quel qu’il soit, et pas forcément lié à une religion ou un lieu de naissance mais aussi bêtement qu’un loisir différent et ça fait que les choses ne vont pas en s’arrangeant, on préfère cultiver le communautarisme, parce que c’est confortable. Si je te disais qu’entre 2 sports "on ne se fréquente pas" parce que les "valeurs sont différentes", ça a l’air idiot. Et ça l’est. Seulement si c’est "valorisé" pour juste un sport, je me dis que ça n’a aucune limite, et que ça devient d’autant plus grave quand ça passe sur des sujets importants. Je ne suis pas certaine que les gens aient encore la moindre envie de faire l’effort d’aller vers ce qu’ils ne connaissent pas, de faire des efforts pour vivre ensemble, et je trouve ça terrifiant. Etre tolérant, ouvert, et curieux de "l’autre" n’est plus d’actualité, et ça entraîne suspicions et peurs, comme ça l’a fait dans le passé, et ça le fera encore à l’avenir. On ne retient jamais les leçons du passé, parce que l’être humain est égoïste et borné, il préfère la facilité, accuser quelqu’un d’autre de tous ses problèmes est + confortable que d’essayer de les résoudre.
    Aujourd’hui on a peur, et la peur est très mauvaise conseillère. Je crois vraiment que certaines choses sont tellement ancrées dans la société et les gens qui la composent comme une haine de tout ce qui est différent de soi (pour n’importe quelle raison même futile) que ça reste aujourd’hui encore un poison extrêmement efficace.
    Et je ne suis pas très sûre que mon commentaire ait une quelconque utilité non plus… ou soit très clair. Oh bon tant pis. En tous cas merci d’avoir partagé les photos, je les trouve très parlantes et effectivement j’ai trouvé ça très intéressant d’en voir qui soient prises différemment de ce que je vois habituellement, l’éclairage est différent, mais le ressenti est tout aussi puissant/violent. Et merci pour avoir aussi partagé un petit bout de votre histoire perso

    • matyeu Says:

      Salut.
      Merci pour ton commentaire. Je le trouve intéressant et je partage ton opinion sur quelques sujets.
      Je pense par ailleurs que, je cite, "le manque de connaissance de l’autre" et "le manque de réelles interactions entre les gens" ne sont pas seules responsables de la haine. Je pense qu’on peut ressentir de la haine aussi pour quelqu’un qu’on connait bien. Qu’on connait trop ? Je ne sais pas, mais de nombreux crimes sont commis au sein d’une famille. La haine envers quelqu’un peut aussi venir, je pense, d’un manque de connaissance de soi. Comme tu l’écris, l’être humain préfère parfois accuser quelqu’un d’autre de tous ses problèmes, et cela peut aussi venir du fait qu’il ne se rend pas compte que c’est son propre comportement qui induit ses problèmes. J’ai moi-même vécu cette situation.
      A part ça je te trouve un peu pessimiste. Ton analyse est juste, dans le sens où, effectivement on se place du côté de la peur, de la facilité et de la haine de ce qui est différent.
      Mais je ne pense pas que l’être humain soit 100% comme cela. La peur est parfois bonne conseillère, si le danger est existant. Je prends l’exemple des pompiers, des alpinistes, des parachutistes, qui disent ressentir la peur avant d’exercer leur activité, et la déclarent essentielle à leur survie, car elle aiguise leur attention, dans des domaines où la précaution est salutaire face au danger.
      Je pense également que l’homme ne préfère pas systématiquement la facilité. Il aime aussi le challenge.
      Voilà, sinon je pense que ton analyse du côté obscur de la force est bonne. C’est juste que l’autre côté coexiste.

  2. Alex C. Says:

    Merci Matyeu pour cet article très concret. Ca ne m’a pas laissé indifférent.

  3. Anonyme Says:

    la souffrance suprême mes amis! le reste c’est de la gnognote! *quenelle épaulée de 45*

    • matyeu Says:

      Salut.
      Je suis assez triste de ton commentaire.
      J’ai bien précisé, je cite: "Je terminerais en écrivant que des conflits graves, des discriminations aux conséquences mortelles perdurent encore aujourd’hui ailleurs sur la planète, tuent des innocents et des moins innocents. Qu’on ne peut pas classer des victimes de la violence humaine par ordre de gravité"
      Et je le pense vraiment. Si tu me connaissais, tu te rendrais compte que je ne suis pas systématiquement pro-israëlien. D’ailleurs en Israêl des millions de gens ne cautionnent pas les agissements du gouvernement et de l’Etat, lorsqu’il commet des débordements et tuent des innocents. Le système électoral là-bas est très différent du système français par exemple, et le jeu de la démocratie qui consiste à mettre au pouvoir le parti qui obtient le plus de votes, tel qu’on le connait en France possède une extension. Si le parti qui a obtenu le plus de voix ne parvient pas à s’allier avec d’autres partis, pour finalement obtenir une majorité absolue de voix à la Kneset (comme l’assemblée nationale là-bas), il ne peut pas gouverner. C’est alors au parti qui est arrivé deuxième d’essayer de rallier d’autres partis à sa cause. Et le parti au pouvoir actuellement a accepté des accords avec des partis minoritaires extrémistes, pour y arriver.
      Après, je ne nie pas qu’une grande partie de la population israëlienne n’est pas hostile à l’usage d’une force dominatrice et dissuasive sur les ennemis qui en veulent à l’existence de l’Etat d’Israël. Mais l’autre partie du pays, qui aimerait vivre en paix avec son entourage frontalier se compte en millions.

      Voilà. Dieudonné je le trouve juste et il me fait rigoler parfois, et parfois il me fait peur. Et je suis aussi triste des messages racistes qu’il reçoit, je pense, régulièrement, que des messages antisémites que d’autres personnes publiques reçoivent. Vraiment.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: